Être heureux dans ses relations amoureuses, amicales, professionnelles, ou familiales, c’est réussir à être soi-même.

Jouer le rôle de quelqu’un que l’on n’est pas, juste pour se faire des amis, se mettre en couple ou s’intégrer dans un groupe n’est pas la solution.

Certes, il faut se faire accepter mais pas de cette manière là.

La difficulté d’être soi-même

Le conseil d’être soi-même est facile à donner mais il est difficile à suivre dans notre quotidien.

Car nous vivons en communauté, entourés de notre famille, de nos amis, de nos collègues de travail et ils ont tous des attentes nous concernant.

Votre père souhaiterait que vous soyez avocat mais vous rêvez d’être comédien.

Votre mère souhaiterait que vous vous mariez et que vous lui fassiez des petits enfants mais vous n’avez envie d’avoir d’enfants.

Un ami vous demande de nombreux services sans se soucier de vous et vous acceptez même lorsque cela ne vous arrange pas, car vous ne savez pas dire non.

Vos collègues vous refilent du boulot qu’ils devraient faire car ils savent que vous ne refuserez pas.

Avec vos prétendants ou votre amoureux, vous passez votre temps à jouer un rôle pour leur plaire, pour qu’ils vous aiment et vous apprécient. Mais vous n’êtes pas vous-même.

Bref, vous n’assumez pas qui vous êtes et vous vous comportez de manière à ne pas déplaire aux autres.

Et plus vous vivez en essayant de ne pas déplaire, plus vous vous tournez le dos, et moins vous vivez votre vie.

Comme le dit le titre du livre de Thomas d’Ansembourg : Cessez d’être gentil, soyez vrai !

vous ne pouvez pas répondre à toutes les attentes de tout le monde. Vous devez être à l’écoute de votre propre personne pour savoir ce que vous voulez faire de votre vie et pour vivre votre vie, plutôt que celle des autres.

Ce n’est pas une démarche égoïste, c’est une reconnexion à soi.

Accepter ses défauts qu’on ne peut changer

Il est difficile d’être soi-même si on n’accepte pas ses défauts.

Généralement, on accepte nos défauts comportementaux (ex : jalousie) même s’ils nous font souffrir car on pense ne pas pouvoir changer.

Et d’un autre côté, on a du mal à accepter nos défauts physiques (si on peut les appeler ainsi) alors qu’on ne peut pas les changer. Tout simplement parce que notre apparence est importante pour nous faire accepter.

Des femmes se maquillent par plaisir, d’autres pour plaire et d’autres encore car elles n’acceptent pas leurs visages sans maquillage.

Alors que ne pas accepter notre visage, c’est ne pas s’accepter. Et si on ne s’accepte pas tel qu’on est, on ne peut pas être heureux, tout simplement.

Un homme de petite taille aura du mal à s’accepter. Et pourtant, il devra vivre avec sa taille toute sa vie. Il vaudrait donc mieux qu’il assume une bonne fois pour toute sa petite taille pour être plus heureux et plus serein dans ses rencontres amoureuses.

Car ne l’oublions pas : lorsque l’on s’assume et que l’on se sent bien dans son corps et dans sa tête, les personnes autour de nous le ressentent positivement. Dans le domaine de la séduction, c’est un atout décisif car nous montrons de la confiance plutôt que des doutes.

Et puis je vous le rappelle : pour les défauts que l’on ne peut pas changer, on a 2 options :

  1. ne pas les accepter et en souffrir toute notre vie
  2. les accepter et être plus heureux au quotidien

Faites votre choix. En ce qui me concerne, il m’a fallu du temps pour m’accepter et ma vie a changé de manière drastique et positive le jour où je me suis accepté et où j’ai arrêté de me poser des questions sur mon physique (oui, je ne suis pas bien grand 😉 ).

Donc, acceptez les défauts que vous ne pouvez pas changer. Et pour les autres, changez si vous le pouvez. Exemple : vous souffrez d’un surpoids ? Faites du sport et mangez équilibré. C’est faisable et c’est de votre responsabilité. Personne ne le fera à votre place.

Concernant vos défauts comportementaux, si vous en souffrez (ex : jalousie maladive), procédez à un travail d’introspection, identifiez la source de ce comportement et essayez de changer. C’est aussi à votre portée.

Dans le cadre de la jalousie, tout est lié au manque de confiance en soi et/ou à une mauvaise estime de soi.

Assumer nos lacunes et nos manques

Souvent, nous n’acceptons pas qui nous sommes à cause de nos manques ou de nos lacunes.

Vous manquez de culture et vous essayez tant bien que mal de le cacher lors des soirées ? C’est tout à fait compréhensible mais cela vous met mal à l’aise.

Le plus simple, c’est d’assumer. Attention, cela ne signifie pas de crier haut et fort que vous êtes inculte. Non, c’est simplement de dire que vous ne connaissez pas grand chose à un sujet lorsque l’on vous pose une question sur un sujet que vous connaissez pas ou peu.

C’est plus honnête que d’essayer de dire ou répondre quelque chose qui vous mettra mal à l’aise et où qui vous fera ressentir de la honte. Car si vous ne connaissez pas un sujet et que vous répondez, les autres auront une mauvaise opinion de vous.

Alors que si vous dites que vous ne savez pas et que vous posez des questions en retour pour en savoir plus et pour apprendre des choses, on supposera que vous vous intéressez et que vous êtes curieux. Et vous savez quoi ? On aime les personnes curieuses.

Etre fier de notre culture et de nos origines

Pour être heureux dans nos relations, il faut donc assumer qui on est. Si vous n’êtes pas vous-mêmes et que vous jouez un rôle, c’est l’image que vous donnez de vous qui plaira à vos interlocuteurs, pas qui vous êtes réellement. C’est une des principales erreurs de la première rencontre.

Cette situation peut avoir des avantages à court terme, mais elle posera un problème à long terme.

Vous cachez ou omettez vos origines et votre culture dans vos conversations pour mieux vous intégrer ? Pourquoi ? Ce sont justement ces éléments qui vous définissent et caractérisent une partie de votre histoire.

N’oubliez pas d’où vous venez. N’ayez jamais honte de qui vous êtes et de vos origines. Ce sont ces différences qui rendent nos échanges intéressants.

Venir d’un même milieu ou avoir des histoires/cultures proches crée des liens. Mais l’échange autour de nos différences est tout aussi important et peut créer ce lien qui en est d’ailleurs plus enrichissant.

Lorsque je rencontre quelqu’un d’une autre culture, j’aime lui poser des questions pour apprendre des choses et pour connaître nos différences.

Assumez votre passé et vos relations amoureuses

Vous êtes le fruit de vos histoires passées. Votre comportement, vos réactions dans certaines situations sont le résultat de votre éducation et de toutes vos expériences de vie, dont vos précédentes histoires d’amour.

Assumez votre passé et votre histoire. Vous avez connu des échecs ? Pourquoi le cacher ? Tout le monde connaît des échecs dans sa vie. Il n’y a pas lieu d’en avoir honte.

Les échecs sont des expériences de vie qui n’ont pas fonctionné. Ne considérez donc pas vos ruptures amoureuses comme des échecs.

De même, vous avez eu de mauvais comportements dans le passé dont vous vous avez honte ? Expliquez vos erreurs, montrez que vous regrettez et que vous avez changé.

Faire des erreurs, c’est humain. Les reproduire, c’est stupide, et c’est surtout dommage pour vous. Car vos erreurs vous sont préjudiciables.

Ce n’est pas parce que l’on est soi-même que l’on ne doit pas prendre en considération nos mauvais comportements et les faire évoluer.

De même, ne cherchez pas à impressionner, soyez vous-mêmes.

Vous n’avez pas besoin d’impressionner quelqu’un pour lui plaire. Celui qui a vraiment confiance en lui ne cherche pas à reconnaissance. L’unique reconnaissance que vous devriez chercher, c’est votre propre reconnaissance.

Être honnête et sincère dans nos relations

Sur le long terme, l’attitude gagnante est l’honnêteté et la sincérité. Soyez sincères avec les personnes qui vous entourent.

D’une part, cela montre que vous avez confiance en ces personnes mais cela montre aussi que vous êtes droit et honnête, ce qui est important.

Bien entendu, la vérité n’est pas toujours bonne à entendre. Il faut savoir être psychologue et savoir quand dire la vérité et quand se taire.

Si je reprends les exemples du début d’article. On peut tout à fait dire à ses parents que l’on souhaite être comédien et ne pas avoir d’enfants. On peut tout à fait refuser d’être disponible en permanence pour certains amis qui profitent de nous. Et on peut refuser de faire le boulot que nous refile un collègue.

C’est un travail d’affirmation de soi. Bien entendu, l’objectif n’est pas de s’en foutre de tout et d’avoir une attitude égoïste. L’objectif est de trouver un juste équilibre entre ce que vous souhaitez et ce que souhaitent les autres.

Et l’objectif, c’est que les autres comprennent que ce qu’ils veulent, ce n’est pas forcément ce que vous voulez. Et ça, c’est très important, notamment avec vos parents qui vous utilisent parfois pour vivre leurs rêves à leur place.

Pas facile de dire à ses parents quelque chose qu’ils ne veulent pas entendre. Mais il vaut mieux dire la vérité que vivre une vie que l’on n’a pas choisi.

Être soi-même et savoir faire des compromis

Comme je le disais, être soi-même ne suffit pas de s’en foutre et de ne penser qu’à soi. On peut tout à fait être soi-même et faire des compromis.

Car une vie sans compromis, cela n’existe pas. Parfois, vous devrez faire de petits gestes pour faire plaisir à quelqu’un que vous aimez. Par exemple aller diner chez votre belle-maman alors que vous préféreriez regarder un bon match de foot 😉

N’oubliez pas de faire ces gestes dans votre relation amoureuse. Car être soi-même et penser que la relation est acquise, c’est une erreur sur le long terme. L’amour s’entretient et, comme je le disais précédemment, il faut trouver le juste équilibre.

Dans la même thématique, vous pourriez aussi être intéressé par l’article 3 raisons de ne pas plaire à tout le monde.

Sandrino

6 Commentairs

  1. merci pour tous les bons conseils,c’est vrai c’est important d’apprendre à dire non.Mais ce qui est dure c’est d’apprendre à dire non sans se sentir coupable.Pas facile.Bonne journée

    • Bonjour,
      c’est justement le plus difficile mais on se sent toujours coupable dans ces situations là.
      Il faut s’entraîner à dire non à certaines personnes au fur et à mesure selon les demandes. Il n’y a que par la pratique qu’on arrive à être plus à l’aise.
      Sandrino

  2. Bonjour Sandrino,
    Je te remercie pour ton article.
    J’ai beaucoup aimé les 2 options pour nos « défauts » physiques : soit on n’accepte pas et on en souffre toute notre vie, soit on accepte et on peut se concentrer sur notre bonheur. C’est simple et efficace ! 🙂
    Que ferais-tu du sentiment de culpabilité, qui survient parfois après avoir dit des choses que l’on pensait mais de la meilleure des manières. Et, puis surtout qui survient parce qu’après coup, on se trouve « méchant » ?
    Je sais que la clé pour éviter de souffrir de la culpabilité et de s’accepter entièrement, mais aurais-tu un ou deux conseils qui te viennent en tête ? 🙂
    Je te remercie encore pour cet article.
    Tiffany

    • Bonjour Tiffany,
      La culpabilité, c’est ce qui nous fait souffrir et nous empêche d’avancer. On se flagelle plusieurs fois au présent pour quelque chose que l’on a fait une seule fois dans le passé.
      La seule chose à faire, c’est d’analyser votre erreur (si c’en était une) et d’en retirer quelque chose pour éviter de la reproduire dans le futur.
      Et il faut accepter ce qu’on ne peut pas changer. Ce qui est passé est passé. Vous pouvez vous excuser, vous pouvez ne pas reproduire ce que vous avez fait, vous pouvez en retirer une expérience de vie, mais vous ne devez pas culpabiliser toute votre vie pour quelque chose que vous ne pouvez pas annuler.
      J’espère que cela vous aidera.
      Sandrino

      • Bonjour Sandrino,
        Je te remercie de tout coeur de m’avoir répondue. Je sais que ça demande du temps 🙂
        La phrase : On se flagelle plusieurs fois au présent pour quelque chose que l’on a fait une seule fois dans le passé est percutante. C’est tellement vrai !
        C’est surement dû à notre cerveau qui aime exagérer les situations : C’est toujours comme ça, je fais toujours ça 100% du temps…
        Merci pour cette phrase qui permet de prendre un sacré recul.
        Si je comprends bien, il faut s’arrêter, comprendre la leçon et faire au mieux la prochaine fois 🙂
        Merci beaucoup Sandrino !
        J’en profite pour te souhaite une belle année !

      • Bonjour Tiffany,
        et merci pour ton message.
        je te souhaite également une bonne et heureuse année 2018 !
        A bientôt.
        Sandrino

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here