C’était un mois de Juillet.

Je venais de passer un entretien pour une mission intéressante dans une grande entreprise française.

La réponse tardait à venir et j’avais le feeling qu’un autre candidat serait choisi à ma place.

Le contexte était particulier. Pour des raisons familiales, j’avais peu travaillé depuis le début de l’année et j’avais besoin de rapidement repartir en mission.

Un mercredi, à l’heure de déjeuner, je reçois un appel d’un de mes anciens directeurs. Un de ses responsables avait posé sa démission. Son remplaçant, à peine formé, venait de mettre les voiles. Il recherchait quelqu’un pour prendre ou faire l’intérim du poste.

Le type de poste ne correspondait pas vraiment à mon profil et c’était un domaine dans lequel j’avais exercé dans le passé mais que je n’appréciais pas. De plus, cette expérience pourrait être mauvaise pour la cohérence de mon CV.

J’indique néanmoins que je suis en capacité de prendre le poste de manière temporaire mais je lui conseille de s’orienter sur un autre profil.

Le soir même, il me rappelle et me demande de débuter la mission le lendemain matin.

Je venais alors de faire l’erreur d’un choix à court terme…

L’erreur d’un choix à court terme

Lorsqu’on se lance dans une nouvelle mission ou lorsque l’on prend un nouveau boulot, on ne sait pas à quoi s’attendre. La structure, l’équipe, les relations humaines, le travail en lui-même…

On sait en général quelles activités on aura à gérer mais on n’en connait pas les détails.

C’est un peu comme sortir avec une fille en soirée. On sait à quoi elle ressemble, on a un aperçu de sa personnalité mais on ne sait pas si c’est le début d’une grande histoire d’Amour ou le début d’une grande galère d’Amour 😉

Il s’avère que cette mission fût difficile et très éprouvante. Je n’en détaillerai pas les causes pour des raisons de confidentialité.

J’ai évoqué ce sujet avec mon directeur après un mois de mission. Je souhaitais lui indiquer que je n’appréciais pas la mission et me positionner pour une future mission dans mon domaine. J’ai également ajouté  que c’était une erreur d’avoir accepté la mission.

Il me répond alors qu’il fait lui-même certaines choses qu’il n’aime pas mais qu’il faut les faire. Il ajoute que je rêve si je pense pouvoir faire seulement ce que j’aime.

Certes, dans un boulot que l’on apprécie, on peut avoir à faire des choses moins agréables que d’autres. Mais on a au moins choisi un boulot qu’on aime. Ce qui n’était pas mon cas dans cette mission.

Il sous-entendait également que j’avais accepté la mission car j’en avais besoin financièrement.

Je pourrai traduire par : « tu avais besoin d’argent, alors ne te plains pas ».

Il avait raison.

J’ai accepté car je pensais que je ne serai pas pris suite à mon premier entretien et qu’avec les congés d’été, j’aurai du mal à trouver une autre mission avant le mois de septembre.

C’était mon erreur : une approche à court terme.

Elle s’est avérée fausse.

J’ai été contacté à plusieurs reprises pour des missions pendant le mois de juillet et août.

Certes, une fois la mission acceptée, j’aurais pu partir pendant la période de préavis mais j’ai préféré une approche professionnelle et responsable.

J’ai donc décidé d’assumer mon choix et mon erreur.

Pour faire le parallèle avec les relations sentimentales, c’est un peu comme si vous veniez de sortir avec une fille, que vous regrettiez votre choix mais que vous restiez avec elle jusqu’à ce qu’elle trouve un nouveau petit ami pour ne pas la rendre triste…

Les choix à court terme dans nos relations

Dans nos relations, nous pouvons être amenés à faire des choix à court terme :

On pense à notre besoin ou envie immédiat au lieu de penser sur le long terme.

Alors que coucher le premier soir lorsque l’on souhaite une histoire sérieuse sur le long terme peut vous être défavorable.

Tromper son ou sa partenaire alors que vous l’aimez peut vous amener à le perdre.

Rester avec quelqu’un avec qui vous n’êtes pas heureux vous empêchera de le devenir et de vous accomplir.

Choisir le premier venu diminuera vos occasions de rencontrer l’homme ou la femme de votre vie.

On stresse pour le futur alors on fait des choix pour nous réconforter ou nous faire plaisir au détriment des impacts directs ou indirects de nos choix.

L’impact de nos choix sur nos vies

Dans mon exemple professionnel, je n’ai pas vraiment eu le temps de réfléchir et je ne pensais pas être rappelé pour le poste.

Mais j’aurai pu clairement indiquer que je ne correspondais pas au poste et poursuivre ma recherche de missions en gardant ma cohérence.

Je me suis positionné sur le poste et ai dévié de ma route et de ma cohérence.

En faisant des choix à court terme, dans notre vie personnelle ou professionnelle, on a un impact immédiat sur notre futur.

On choisit une route plutôt qu’une autre.

On préfère une certitude à l’inconnu car on n’aime pas le doute.

Mais l’inconnu peut nous amener de belles choses si on reste cohérent et que l’on s’en tient à nos objectifs de vie.

Si je n’avais pas accepté le poste, j’aurais pu être accepté dans l’entreprise avec qui j’ai eu le premier entretien. J’aurais également pu répondre aux propositions qui me sont parvenues pendant l’été.

J’aurais également pu ne pas avoir de mission.

C’était un risque à prendre…

La vie est comme une partie de poker : on peut se coucher immédiatement par peur de perdre ou on peut se lancer dans l’inconnu au risque de perdre plus mais aussi pour gagner.

Aujourd’hui, je me suis couché trop vite dans la partie et j’ai perdu…

Que faut-il retenir de mon erreur ?

Il y a 3 notions à retenir de mon expérience :

  1. Lorsque l’on s’est fixé des objectifs de vie, il faut faire des choix en cohérence avec ces objectifs
  2. On ne pourra jamais être certain d’avoir fait le bon choix, il faut l’accepter et l’assumer
  3. Le plus important lorsque l’on fait une erreur, c’est de la comprendre et de ne pas la reproduire

Ces notions sont valables dans votre vie professionnelle comme personnelle.

Et vous, quelles sont vos erreurs de choix à court terme ?

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here