Ne manquez plus aucun article !

Comment arrêter de se comparer aux autres ?

Comment arrêter de se comparer aux autres ?

C’est une question que l’on se pose rarement alors que l’on passe la majorité de notre temps à nous comparer aux autres.

Et lorsque l’on se compare, on le fait en prenant des modèles de comparaison qui ont systématiquement plus que nous.

Ils ont plus que nous.

Ou ils sont « mieux » que nous.

Lorsque vous vous comparez, vous pensez donc qu’il vous manque quelque chose.

Cela signifie que vous vous focalisez sur le manque, plutôt que sur ce que vous avez.

Et le souci dans cette approche, c’est qu’il vous manquera toujours quelque chose dans votre vie.

1) Se comparer à ceux qui ont plus et ceux qui ont moins

Avant qu’Internet n’existe, ou même avant que la télévision ou les journaux ne fassent leur apparition, on ne pouvait se comparer qu’aux personnes que l’on côtoyait.

On pouvait souffrir de la comparaison mais elle restait limité à notre environnement direct : cercle social, notre famille, nos collègues,…

Aujourd’hui, via les médias et les réseaux sociaux, on peut se comparer à des personnes du monde entier.

Vous remarquerez qu’il y aura toujours quelqu’un qui sera plus beau que vous, plus intelligent, plus talentueux, plus intéressant, plus cultivé, plus riche, etc.

Vous trouverez des personnes qui sont « meilleures » que vous, c’est un fait.

Mais pour que la comparaison soit pertinente, vous pourriez aussi remarquer qu’il y a des personnes qui sont moins belles que vous, moins intelligentes, moins cultivées, moins intéressantes, avec moins de ressources, etc.

Quitte à vous comparer, pourquoi ne pas vous comparer à des gens qui ont moins que vous ?

Cela serait plus juste, qu’en pensez-vous ?

2) Ils ont ce que vous n’avez pas… et vice-versa

Lorsque l’on se compare aux autres, on voit ce qu’ils ont de plus que nous, et que l’on n’a pas.

Mais on oublie que l’on a des choses que d’autres non pas, mais nous les sous-estimons car nous ne regardons que ce qui nous manque.

Exemple :

– Vous êtes moins belle que votre cousine, mais vous êtes une personne bienveillante (c’est une qualité que vous négligez).

– Vous avez un couple d’amis qui vient d’avoir un bébé et vous les enviez. Mais vous sous-estimez la liberté que vous avez de ne pas avoir d’enfants : improviser un week-end à la dernière minute, faire la grasse matinée, ne pas avoir à vous lever la nuit, etc.).

De plus, vous vous comparez à quelqu’un à un instant T.

Exemple : votre meilleure ami vient de trouver un partenaire avec qui elle est heureuse. Et vous vous êtes célibataire.

Cela vous déprime.

Mais peut être que d’ici un an, vous serez en couple et heureuse. Et votre meilleure amie aura découvert que cet homme charmant avait une double vie et qu’il la trompait depuis le début.

En résumé : si vous vous comparez à quelqu’un, à un moment dans sa vie où tout lui réussit et où il est heureux, c’est une comparaison injuste et qui vous nuit grandement.

Car vous aussi, vous pourriez être heureux dans votre vie à un autre moment qu’aujourd’hui.

3) Vous pouvez vous améliorer pour les bonnes raisons

Nous l’avons vu, nous nous comparons souvent sur nos manques, sur nos lacunes, sur nos faiblesses.

Mais pourquoi vous comparez-vous aux autres ?

La majorité des gens se comparent aux autres car ils ont une mauvaise estime d’elles (je ne suis pas intéressante, je suis nulle, je suis mon bien que les autres, etc.).

Ou bien elles ont une basse confiance en elles (je ne suis pas capable de faire ce qu’il fait, je suis incapable, je n’arriverai à rien, etc.).

Tout d’abord, si c’est votre cas, je vous conseille ma formation gratuite sur la dépendance affective.

Ensuite, je vous recommande d’identifier la raison qui vous pousse à vous comparer de manière négative, c’est à dire à vous conforter dans votre basse estime de vous-même et à vous rabaisser.

Car les conséquences de se comparer sont importantes : se rabaisser, penser qu’on est moins bien que les autres, être triste de ne pas avoir ce que les autres ont, etc.

Si c’est votre cas, pour arrêter de vous comparer, vous devrez attaquer la source même de ce qui vous pousse à le faire : l’estime et la confiance en soi.

Vous devez améliorer l’estime et la confiance que vous vous portez pour ne plus vous comparer négativement aux autres.

C’est le coeur même du programme d’accompagnement « 4 mois pour transformer votre vie amoureuse ».

Car à ce jeu de la comparaison, vous serez systématiquement perdant(e).

Exemple : même si vous étiez un chanteur célèbre et que vous vendiez 1 million d’exemplaire de votre dernier album, vous seriez jaloux d’un autre chanteur qui en vend 2 millions.

Vous ne pouvez pas gagner.

Prenez-en conscience car c’est cela qui vous fait souffrir.

4) Inspirez-vous des autres

Il y a une situation où la comparaison est utile : lorsqu’elle permet de nous motiver à nous améliorer.

Exemple : vous rencontrez quelqu’un d’inspirant et vous aimeriez être comme cette personne.

Vous ne pourrez pas être qui elle est, mais elle peut vous inspirer à devenir différent(e) et à vous améliorer.

Bien entendu, il y a des choses qu’on ne pourra pas reproduire de la personne à qui on se compare.

Mais on peut parfois récupérer et intégrer en nous, certains comportements de notre objet de comparaison.

Par exemple l’élocution ou la facilité de parler en public.

Cela se travaille. Si vous n’en êtes pas capable aujourd’hui, vous pouvez en être capable dans quelques mois en vous inscrivant à des groupes de prises de paroles.

Autre exemple : vous êtes en soirée et vous voyez un danseur qui enflamme la piste de danse.

Vous êtes en admiration devant cette personne qui bouge aussi bien son corps. Vous vous dites que cette personne est talentueuse et que ce n’est pas votre cas.

Mais dans le domaine de la danse, on peut s’améliorer en prenant des cours.

Je me souviens lorsque j’étais ado est pendant ma vingtaine, j’étais le gars coincé sur sa chaise lors des soirées d’anniversaire d’amis.

J’en ai énormément souffert. J’étais coincé dans mon corps.

Dans ma trentaine, j’ai pris des cours de danse et j’ai senti une libération de mon corps.

Je ne l’ai pas fait à cause de la comparaison, ou pour qu’on me regarde. Je l’ai fait car j’étais coincé et qu’il y avait une nécessite intérieure de faire sauter ce blocage, qui au final, était lié à la peur du regard des autres (comme souvent…).

Il y a de nombreux domaines où on peut s’améliorer pour ne plus souffrir de ce qui nous manque ou de ce qui nous fait souffrir.

Mais comme je l’indiquais, il est préférable de le faire par envie et non pas pour briller en société.

Sans quoi vous resterez dans cette optique d’estime de soi conditionnée au regard des autres.

Vous pouvez néanmoins le faire, mais si vous avez une basse estime de vous, il serait utile de compléter avec un travail interne ou une démarche d’épanouissement personnel.

Vous ne devez pas compenser.

Vous devez vous épanouir, vous libérer et vous accepter.

5) En conclusion

En résumé, si vous vous comparez, faites-le de manière juste, proportionnée et prenez en considération le fait que vous vous comparez toujours avec les personnes qui ont plus que vous.

Si vous avez une faible estime de vous, procédez à une démarche pour améliorer l’estime que vous vous portez.

Et s’il y a quelque chose de bloqué en vous, il est toujours temps pour vous libérer de ce blocage (par l’action car l’inaction ne mène à rien).

J’espère que cet article vous aura aidé. Laissez-moi un commentaire pour me le faire savoir.

Et si vous avez envie de vous améliorer, d’apprendre à vous aimer et de mieux réussir vos histoires d’amour, inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir mes conseils gratuits.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Les champs obligatoires sont le prénom et l'email. Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement. 

{"email":"Adresse email invalide","url":"adresse du site web invalide","required":"Un champ obligatoire n'a pas été rempli"}

Ne manquez plus aucun article !