La dépendance affective (ou dépendance amoureuse) est un sujet qui revient régulièrement dans vos témoignages.

Le fait de se dire : « je suis dépendant affectif » ou « je suis dépendante affective » peut faire peur ! Alors que certaines situations ne relèvent pas de la dépendance affective.

Alors qu’est-ce que la dépendance affective et amoureuse ?

Comment la reconnaître ?

Quelles en sont les causes et comment traiter cette dépendance ?

Vous trouverez dans cet article toutes les réponses aux questions que vous vous posez et les solutions pour traiter un état de dépendance affective.

Je vous conseille en complément de vous inscrire à la mini-formation gratuite : 5 jours pour apprendre à vous libérer de la dépendance affective. C’est une formation par email où vous recevrez de nombreuses informations et conseils complémentaires.

Qu’est-ce que la dépendance affective ?

La dépendance affective, c’est être dépendant de l’amour de quelqu’un comme on pourrait être dépendant d’une drogue.

La dépendance provient d’un manque en nous que l’on comble par le recours à quelque chose d’externe, en l’occurence un partenaire.

On retrouve des femmes dépendantes en amour mais aussi des hommes.

Lorsque l’on est dépendant affectif, on a besoin d’être rassuré sur l’amour que l’on nous porte. On demandera alors à notre partenaire de nous dire qu’il nous aime, de nous prouver son amour.

On pense que l’on ne peut pas vivre sans cet amour, on peut alors adopter un comportement fusionnel pour être en permanence avec notre partenaire.

On peut aussi faire preuve de  jalousie maladive, et prétexter que c’est une preuve d’amour.

Quand ressent-on la dépendance affective ?

La dépendance affective peut se vivre à tout âge.

Tout d’abord lorsque l’on est jeune car nos émotions sont exacerbées et que l’on se sent aimé pour la première fois par un homme ou une femme (en dehors de nos parents).

C’est une sensation agréable dans une période de construction du soi, notamment pendant l’adolescence.

Nous ne sommes pas toujours conscient de notre dépendance. C’est le jour où on l’on nous quitte que l’on ressent ce manque d’amour et cette dépendance.

Et cela peut nous arriver à tout âge.

Une femme dépendante affective quittée par un homme pensera alors qu’elle ne peut pas vivre sans lui et fera tout pour revenir avec son ex.

Alors qu’une femme qui n’en souffre pas, ressentira de la tristesse mais acceptera la rupture en se disant qu’il ne sert rien d’insister à être avec un homme qui ne veut pas d’elle.

Après tout, aimer quelqu’un, c’est vouloir son bonheur.

Et si notre partenaire est heureux d’être avec quelqu’un d’autre que nous et qu’on l’aime, nous ne devrions pas essayer de le convaincre du contraire car cela reviendrait à agir par égoïsme, et non pas par Amour…

Mais comme pour la dépendance à une drogue, lorsque l’on est dépendant affectif, on ne réfléchit pas de cette manière.

On ressent un manque d’amour.

On a peur de manquer d’amour.

Suis-je en dépendance affective ?

Nous ne sommes pas insensibles.

Lorsque l’on vit 20 ans avec quelqu’un et que cette personne nous quitte pour une autre, on est triste et l’on peut connaître un manque affectif.

Si vous viviez ensemble depuis un an et qu’il est muté à l’autre bout du monde et qu’il vous manque, c’est également compréhensible.

Il est donc des situations où l’on peut ressentir un manque et qui n’ont rien d’anormal.

En revanche, vous pouvez considérer un état de dépendance affective si :

  • vous pensez ne pas pouvoir vivre sans votre partenaire,
  • vous pensez que votre vie ne vaut rien sans lui/elle
  • si vous avez besoin d’être en permanence avec lui/elle
  • si vous ne pouvez pas rester seul(e) sans lui/elle
  • vous avez systématiquement besoin qu’il/elle vous rassure sur ses sentiments

Mais au fait, quelles sont les causes de cet état de dépendance ?

Causes de la dépendance affective

La dépendance affective n’est pas une maladie. C’est notre manière de combler ces besoins qui est inadaptée.

Tout comme nous avons des besoins physiques, nous avons également des besoins affectifs depuis notre petite enfance.

Nous avons besoin d’affection et besoin de reconnaissance de la part des personnes que l’on aime et/ou que l’on estime.

Si nous avons manqué d’affection et de reconnaissance de la part de nos parents, nous pouvons alors développer un déficit affectif qui peut nous suivre toute notre vie d’adulte.

On ne ressent pas de besoin affectif tant que ce besoin est comblé. C’est lorsque l’on manque d’affection que l’on ressent cet état de dépendance affective.

L’intensité de ce besoin varie alors selon la situation et selon notre épanouissement personnel.

Là où la dépendance affective pose problème, c’est lorsque l’on s’oublie dans la relation par besoin de cet amour et que l’on répète ce schéma de relation en relation sans jamais obtenir une satisfaction durable.

Il y a un lien fort entre l’estime de soi et la dépendance affective.

La dépendance affective est un évitement de soi. On demande à l’autre de combler un manque en nous au lieu de nous reconnecter à qui nous sommes et à combler par nous-même ce manque affectif.

On fait porter à l’autre la satisfaction de nos besoins.

Un dépendant affectif n’a pas conscience de cet état et cherchera en permanence à calmer ses angoisses par la recherche de l’amour et de la considération de l’autre.

Et pour obtenir l’amour de son partenaire, une dépendante affective pourra renier qui elle est pour plaire ou pour ne pas déplaire à l’être aimé.

Mais c’est une situation paradoxale.

Cette stratégie de vouloir absolument plaire, de se rabaisser et de ne pas s’aimer, de ne pas s’estimer est un échec car elle provoque l’effet inverse de la part du partenaire.

Comment peut-on être aimé si on ne s’aime pas ?

Comment peut-on être respecté si on ne se respecte pas ?

C’est ce que je vois en permanence chez mes coachés qui essaient de récupérer un ex. Elles se rabaissent à un point qu’il est impossible que leur ex veuille revenir avec elles.

Elles harcèlent leur ex et les font fuir. Et elles persistent dans ce comportement qui ne fonctionne pas et qui les fait souffrir.

Elles ont un besoin affectif qu’elles dirigent vers la mauvaise personne : l’autre.

C’est un cercle vicieux : elles avaient peu d’estime d’elles et ce comportement contribue à diminuer encore plus l’estime qu’elles se portent, car elles sont repoussés par leurs partenaires qui se sentent envahis par ce besoin permanent.

Elles ne sont alors plus elles-mêmes et elles se déconnectent encore plus de qui elles sont.

C’est un processus d’aliénation de soi : on ne vit que pour l’autre.

Dans une moindre mesure, la dépendance affective est aussi un comportement inconscient que l’on retrouve chez un homme trop gentil ou une femme trop gentille, qui ne s’affirment pas par peur d’être rejetés.

Et ce comportement se retrouve également dans la vie de couple où un mari et une femme seront malheureux ensemble mais ne se quitteront pas, par peur de se retrouver seul(e).

C’est la peur qui domine la relation.

C’est la peur qui domine leur vie.

En cherchant systématiquement et uniquement ce besoin chez l’autre, on se tourne le dos, on s’évite, on ne s’aime pas, on ne s’écoute pas, on n’est pas fier de nous et on entre dans un cercle vicieux.

Comment sortir de la dépendance affective ?

1) Prendre conscience de la dépendance affective

La première chose à faire pour sortir de la dépendance affective, c’est de prendre conscience du fait que vous ne pouvez pas attendre que ce soit les autres qui comblent tous vos besoins car vous serez forcément déçu(e) à un moment ou à un autre.

Ensuite, vous devez changer de comportement, ce qui n’est pas simple puisque vous devrez faire tout l’inverse de ce que vous avez l’habitude de faire.

Bien entendu, même en étant conscient que c’est la meilleure chose à faire, vous aurez tendance à résister à ce changement.

Pour cela, il vous faudra du courage et la volonté de réussir ce changement.

Un accompagnement thérapeutique pourra vous être utile afin de vous guider sur ce chemin de la libération, selon votre niveau de dépendance affective.

2) Identifier vos besoins et leurs origines

Vous devez ensuite identifier vos besoins qui ne sont pas nourris, notamment ceux que vous cherchez à nourrir par le biais de l’amour des autres et identifier quelle est l’origine de ces besoins.

Pour identifier vos besoins, vous devez porter de l’attention à ce que vous ressentez. C’est un travail d’introspection, de découverte et d’écoute de soi.

Identifiez vos souffrances passées qui provoquent cet état de dépendance affective.

Ne fuyez pas vos souffrances et vos besoins. Vous devez les comprendre puis les assumer.

Ce sont généralement les besoin d’amour, besoin de reconnaissance, besoin d’être estimé et reconnu dans votre vie personnelle comme professionnelle.

Ces besoins sont souvent liés à notre enfance et à notre passé.

3) Trouver les ressources pour combler vos besoins

L’étape suivante est celle de vous reconnecter à vous-même afin de chercher en vous les ressources vous permettant de combler ces besoins.

C’est à dire à vous accueillir, vous accepter et ne pas vous renier, ni renier vos besoins.

Chercher en vous cet Amour plutôt que de le chercher dans l’autre.

Apprendre à vous respecter et ne pas renoncer à qui vous êtes.

Apprendre à vous aimer.

Lorsque l’on aime quelqu’un, on ressent de la bienveillance pour cette personne.

S’aimer, c’est se vouloir du bien et ressentir de la bienveillance à notre égard.

Vous trouverez ci-dessous des outils et conseils pour vous permettre de vous retrouver et de vous reconnecter avec vous-même.

Les outils pour sortir de la dépendance affective

Tenir un journal de bord

Pour se reconnecter à soi, vous pouvez utiliser un journal dans lequel vous écrivez ce que vous vivez et ce que vous ressentez, notamment :

  • Identifier les moments où vous vous sentez bien et déterminer comment les prolonger et en vivre plus
  • Identifier les moments où vous n’allez pas bien et déterminer comment vous pourriez faire pour sortir de ces moments difficiles

Parlez à votre journal à la 1ère personne pour mieux ressentir ce que vous écrivez : « aujourd’hui, je me sens…. car…. ».

Si vous auriez aimé dire des choses importantes à quelqu’un (dans le passé ou au présent), vous pouvez également les écrire dans votre journal afin de les exprimer.

Faire du ménage dans votre vie

Pour faciliter l’introspection et mieux vous reconnecter, vous pouvez si besoin faire du ménage dans votre vie.

Cela pourrait être de ne plus côtoyer une personne toxique et/ou de faire un grand rangement dans votre appartement (on y voit plus clair quand on a un appartement rangé).

Bref, essayez d’éliminer tout ce qui peut entraver votre quête intérieure ou tout ce qui peut vous détourner de cette quête.

Pour cela, vous pouvez lister toutes les petites choses en cours qui vous tracassent et voir comment vous pouvez les sortir de votre esprit.

Vous pouvez les lister dans votre journal de bord puis noter ce que vous ressentez quand vous aurez éliminé ces tâches ou ces sujets de votre esprit.

Pratiquer la méditation

Je vous conseille grandement de pratiquer la méditation qui vous permettra de vous reconnecter à vous-même.

Je vous conseille l’application Petit Bambou.

Actions complémentaires de développement personnel

On ne peut pas se sortir de la dépendance affective en attendant chez soi que cela passe.

Vous devez vivre, bouger, prendre du plaisir et vous épanouir dans votre vie.

Voici donc des actions qui vous aideront, en complément des précédentes :

  • Se créer un nouveau cercle social : nous sommes des animaux sociaux. Ne restez pas dans votre appartement à réfléchir. Sortez, faites vous des amis. Privilégiez les relations positives. Ne vous renfermez pas sur vous-même
  • trouver une passion ou une activité qui vous fait du bien : l’acte de créer et de se bouger vous font sentir vivant.
  • Vivre une vie équilibrée : famille, amis, etc…
  • Revoir vos objectifs de vie : si toute votre vie, c’est votre boulot et que vous êtes à fond dedans, le fait de vous retrouver seul est difficile. Il est temps de changer de vie !
  • Améliorer votre image  : changer de coiffure ou de style d’habits car ça fait du bien de se sentir beau et bien dans sa peau mais ceci doit être complémentaire du reste. On ne doit pas baser notre confiance sur notre physique ou sur notre aspect extérieur.

Vous aurez également pris conscience que la dépendance affective est particulièrement liée à l’estime de soi, à la confiance en soi et à l’affirmation de soi.

J’aborde ces sujets dans l’article : comment avoir confiance en soi.

Soyez patient, on ne traite pas la dépendance affective en quelques jours. cela peut prendre du temps et c’est tout à fait normal.

N’oubliez pas que les activités externes sont importantes pour l’équilibre mais que traiter la dépendance affective est avant tout une démarche intérieure.

Vous devez donc vous reconnecter à vous tout en vous ouvrant aux autres mais de manière différente, c’est à dire en vous assumant, en respectant qui vous êtes, et en comprenant que l’on ne peut pas plaire à tout le monde.

Nous ne pouvons pas contrôler l’amour que nous portent les autres mais nous pouvons contrôler l’amour que l’on se donne.

N’oubliez pas qui est La personne la plus importante de votre vie.

Dernière précision : ce n’est pas parce que vous réussirez à vaincre la dépendance affective que vous n’aurez pas de besoins affectifs.

Comme je l’expliquais précédemment, nous avons tous des besoins affectifs. L’objectif n’est pas de se passer totalement des autres.

L’objectif est d’être en mesure de vivre en harmonie avec les autres par envie, en étant soi-même, et non pas par besoin et dépendance.

Voici deux derniers exemples pour clarifier ce point :

  1. si vous vous respectez et que l’on vous quitte, vous ne penserez pas que vous ne pouvez pas vivre sans votre ex. Vous ressentirez de la tristesse mais vous ne recherchez pas à tout prix à retourner avec lui, à le supplier qu’il vous reprenne.
  2. Vaincre la dépendance affective, c’est arrêter d’agir pour plaire aux autres. Vous agirez envers quelqu’un car cela vous fait plaisir et non par peur d’être rejeté par cette personne.

J’espère que cet article vous aidera dans votre démarche d’épanouissement personnel.

Je vous conseille de vous inscrire à la mini-formation gratuite : 5 jours pour apprendre à vous libérer de la dépendance affective.

Vous souhaitez témoigner de votre dépendance ? Vous avez des questions complémentaires concernant la dépendance affective ? Vous pouvez les poser ci-dessous et j’y répondrai. Merci.

54 Commentairs

  1. Bonjour Sandrino,

    Article toujours aussi intéressant que les précédents qui nous permet de nous remettre en question.
    Ne plus être dans l’attente de l’autre mais savoir s’épanouir seule, et déjà apprendre à s’aimer soi-même comme tu le dis avant de pouvoir donner à l’autre.
    Merci

    Sylvie

  2. Votre article et très intéressant, pour le meditation je confirme que c’est un excellent moyen de guérison, malheureusement depuis ma rupture j’ai un coup de blues, je médite régulièrement 1 h par 2 jours depuis longtemps déjà, je dois mi remettre car je sens que j’en ai plus que besoins et cela calme beaucoup ….

  3. Hello Sandrino,

    Ton article est sincèrement excellent ! Tu couvres bien le sujet de la dépendance affective.

    Merci, j’y vois plus clair désormais. Je trouve les outils que tu donnes très intéressants.

    Personnellement, je médite depuis maintenant 2 ans et je me trouve beaucoup plus à l’écoute de mes émotions qu’avant.
    Je suis capable désormais de ressentir ma réaction physiologique face aux évènements stressants.

    La méditation reste selon moi l’un des outils les plus simples et les plus puissants pour se développer personnellement.

    Au plaisir de te lire.

  4. Merci Sandrino, je ne voudrais surtout pas que tu pense, elle flatte, mais non, ordinairement j’ai horreur de tous ce qui commence par psy, et là , j’ai écouter une fois que tu parlais du silence radio, et pour une fois une personne qui disait, que si ont voulais récupèrer une personne, le silence radio,hérésie. Depuis le 15/01/2015, je sortais avec un homme il a 58 ans moi 51 ans. Nous avons eux des hauts des bas. J’avoue que seule par choix depuis 2006, je vivais mal certaine choses, j’ai fait une grosse croix sur ma jalousie, durement au début, puis je n’y pensais plus. Et là c’est lui qui attaque, me rabaisse, c’est noêl et je suis seule, et c’est bizarre, je ne suis pas vraiment triste. Il vit chez moi, mais moi je n’ai jamais mit un pieds, chez lui, il as cinq enfants, que je voit au hasard, Je suis jolie, il le sais, alors c’est des rèflexion du genre, ben oui tu es blonde, ma réactions est elle anormale, avant quand ont se disputais, je pleurais, suppliais, maintenant c’est lui. Je me dit j’ai plus de 50 ans et en un an hormis le fait que maintenant il dort tous les jours chez moi, rien ne change, quand je lui ais demander, tu as quoi comme projets avec moi, réponses, une fête pour tes 52 ans. JOYEUX NOËL A TA FAMILLE, AINSI QU’A TOI. NICKY.

    • Bonjour Nicky,
      Tout d’abord, le fait que tu aies fait une croix sur ta jalousie te permettra d’être plus heureuse dans tes relations.
      Tu ne devrais pas questionner la normalité de ta réaction mais tu devrais te demander pourquoi tu restes avec un homme qui te rabaisse.
      Pourquoi se comporte-t-il comme cela avec toi ? Pourquoi acceptes-tu ce comportement de sa part ? Que représente votre relation pour lui ? Et pour roi ?
      Vous devriez avoir une conversation franche et sincère (pas de reproches ou de jugements) à ce sujet.
      A l’issue de cette conversation, tu sauras si tu dois rester avec lui ou pas.
      Tu es restée seule par choix pendant une longue période. Si tu le quittes, l’objectif n’est pas de vouloir rester seule mais d’être heureuse seule et temporairement, le temps de trouver quelqu’un qui ait envie de partager de bons moments de vie avec toi.
      J’espère que cela t’aidera.
      Sandrino

  5. J’ai bien lus avec attention tout vos conseils sur votre site et je dois dire que ça m’a été d’une très grande aide. Merci !

    J’aimerais cependant avoir votre avis et conseils sur mon problème…
    Voilà cela faisait presque 1 ans que j’étais avec mon copain, je vais avoir 18 ans et lui bientôt 23 ans.. Il a décidé de rompre car il ne sais plus où il en est, il dis m’aimer mais qu’il a besoin de temps avant d’être sûr de vouloir partager sa vie avec quelqu’un et de vouloir s’engager … A vrai dire ça été vraiment dur d’apprendre tout ça par téléphone.. ( je suis en Bretagne et lui en île de france). J’avais l’intention de finir le lycée et d’aller ensuite le rejoindre lorsque j’aurais trouvé un travail; mais voilà les choses ont très vite changés.
    Aujourd’hui je n’arrive pas à avancé car il ne sais pas encore ce qu’il veut, j’ai peur d’attendre longtemps et de souffrir encore plus.. Il m’a demandé de ne pas coupé les ponts et de rester en contact.. Jusqu’à maintenant j’ai fais mon possible pour avaler tout ça mais je dois admettre qu’après 1 mois j’en suis toujours au même point. J’aimerais seulement avoir votre avis sur le fait que s’il revenais vers moi pour se lancer, est ce que je ferais un bêtise de me remettre avec lui ?(je stresse lorsqu’il m’envoie pas de messages et je pense constamment à lui) Je l’aime plus que tout et c’est bien le seul pour qui j’étais prête à tout laisser ici pour commencer une nouvelle vie ailleurs.. Comme beaucoup de commentaires l’ont dis à 18 ans on a encore le temps et la vie devant nous mais j’ai peur que d’ici qu’il se décide, il rencontre quelqu’un d’autre et que moi je sois comme une idiote à l’attendre.. Je suis quelqu’un de très fidèle j’ai eu très peut de copain et je sais que moi de mon côté je peut tout donner… Mais là je me sent démuni je ne sais pas quoi faire…

    merci à vous pour tout conseils que vous pourrez me fournir.
    a bientôt

    • Bonjour,

      feriez-vous une bêtise en vous remettant avec lui s’il revenait ? Non, ce n’est pas une bêtise. Si vous avez la même envie d’être ensemble et que vous vous en donnez les moyens, faites-le. En revanche, vous ne devriez pas vous poser la question avant qu’il ne vous le propose. Vous anticipez une situation qui pourrait ne jamais se produire.

      La véritable question est : devez-vous attendre qu’il revienne ? Non. Il ne veut plus être avec vous. Vous n’avez aucune raison de l’attendre. Il pourrait très bien avoir rencontré quelqu’un et ne pas vouloir vous le dire pour ne pas vous blesser. Ne vous torturez pas l’esprit avec cette idée mais c’est une possibilité. Le plus important est ailleurs : il remet en question votre relation et vient de rompre.

      Vous êtes libre de faire ce que vous voulez. Si vous sortez avec quelqu’un d’autre, il ne peut pas vous en vouloir, c’est lui qui a rompu. Vous êtes fidèle mais vous n’êtes plus avec lui et ce n’est pas votre décision.

      Le plus difficile dans notre vie, ce sont les incertitudes : reviendra -t-il ou pas ? Une fois que l’on supprime l’incertitude, on peut être triste mais on va mieux car on ne doute plus.

      Donc, aujourd’hui, considérez vous comme célibataire. Je sais que vous n’avez pas forcément envie de sortir avec quelqu’un d’autre pour l’instant. Cela n’a pas d’importance. Ce qui est important, c’est de ne pas attendre qu’il revienne.

      Sortez, voyez des amis, amusez-vous, faites du sport, prenez soin de vous et retrouvez le sourire. C’est ça le plus important aujourd’hui pour vous.

      S’il revient, tant mieux. S’il ne revient pas, tant pis, vous ne l’attendiez pas.

      Sandrino

      • Bonjour,
        Merci pour votre réponse, on vois souvent les choses d’une autre façon lorsque l’on demande conseil à quelqu’un d’inconnu.
        Je vais mettre en pratique vos conseils et vous remercie encore une fois pour le temps que vous m’avez consacré.
        BONNE CONTINUATION,

        Mlle FERRARIS

  6. Merci pour cet article ou je suis complètement en phase !
    J’aurais du le découvrir il y a 5 ans !
    Cette dépendance affective prend bien ses racines dans la petite enfance.
    J’ai mis beaucoup de temps à comprendre.
    J’était aussi quelqu’un de trop gentil, besoin de plaire…
    Ici on parle de rupture, mais aussi… peur de s’engager, pour ne souffrir… La boucle est bouclée… en s’enferme.

  7. Mon amie à décidée de rompre le 30 juin dernier. À la même période que sa précédente relation. La notre à durée trois ans. Dans un premier temps, elle m’a indiqué ne pas y trouvé son compte. Je lui ai opposé mes frustrations. Puis, elle a fini par dire que j’étais triste. Inutile de dire ma profonde déception et ce ressenti d’abandon. Pour elle, c’est un 3eme échec. Sa fille de 24 ans a aussi contribué à instaurée un climat dingulier dans le sens où elle imposait à sa mère l’absence de geste tendre. Pas de câlin ni de bisou en sa présence. Chose pas très facile, elle quittait jamais l’appartement. Pour elle, « les vieux » seraient asexués! C’est ensuivi un temps difficile d’un an où sa fille ne parlais même plus à sa mère. Bref, depuis qqchose jours, elle m’envoie des SMS : »comment vas-tu? », ou encore : « j’espère que tu profites des vacances ».. et d’autres questions. Je lui ai demandé comment elle allait, et curieusement elle n’a pas répondu ou plutôt formule d’autres questions. J’avoue être un peu perdu par ce climat. D’autant plus que cette relation se vivait essentiellement le week-end. Mais, là avec ses sms,j’ai du mal à comprendre ses attentes. En même temps son absence me fait mal. Sentiment d’exister quand elle est seule! Et lorsque j’étais là elle me parlais essentiellement boulot. Comment je dois réagir devant ces relances. Merci

    • Bonjour Jean,

      Tout d’abord, ne prenez pas pour vous à la lettre ce que votre ex vous a dit. Vous n’êtes pas triste. Elle a la perception d’un ressenti de tristesse en vous. C’est sa perception des choses et ce n’est pas une étiquette que vous devez vous associer parce qu’elle vous l’a dit.
      Par ailleurs, étant donné le rapport particulier que votre ex entretient avec sa fille, votre attitude pourrait effectivement ne pas paraître naturelle étant donné que vous ne pouviez pas faire ce que vous souhaitiez lorsqu’elle était présente.

      Si elle ne répond pas à vos questions, c’est qu’elle n’est probablement pas heureuse dans son quotidien et elle cherche à voir comment vous allez. Si vous lui dites que tout va bien pour vous, elle sera triste. Si vous lui dites que vous la regrettez et que vous êtes triste, elle sera rassurée. Il est aussi possible qu’elle regrette sa décision.

      Si vous souhaitez avancer sans elle, dites-lui que vous avez besoin de couper les ponts pour avancer. Si vous souhaitez éventuellement revenir avec elle, proposez-lui de vous revoir pour boire un verre, tout simplement.

      Mais n’oubliez pas que si vous revenez avec elle, vous aurez en tête son jugement sur votre personne et vous hériterez à nouveau de la situation malsaine avec sa fille (que vous n’avez pas à gérer…).

      J’espère que cela vous aidera.

      Sandrino

  8. Bonsoir Sandrino,

    Cette nouvelle année est l’occasion de vous présenter mes vœux de santé, de bonheur, et de félicié à partager avec celles et ceux qui vous sont proches.

    Ensuite, je tenais à vous remercier pour votre réponse et vous faire partager l’évolution de ce curieux climat. Le premier, c’est que mon ex observe mes connections sur wathsapp! Le second, c’est qu’elle est venue à ma rencontre et m’a Invité chez elle pour prendre un café! Nous avons passé 4heures ensemble à parler. Elle beaucoup de son job, moi de tout et de rien. J’étais un peu gêné. Nous nous sommes suitté sur une bise. De sa terrasse, elle me regardait partir tout en faisant « au revoir ». Lors de la rupture, elle ne s’étaut pas mis sur sa terrasse. Après, il y a eu des appels de sa part. Le plus longtemps âge durer 4heures! Le plus court, 2h ponctué par des Sms de temps à autre. Elle ne m’a pas souhaité un joyeux Noël, mais m’à écris qu’elle avait réussit à survivre cette séquence. A ma question, pourquoi? J’ai eu le silence. Au jour de l’An, elle m’a conduit dressé ses vieux par sms. Ce type de comportement me paraît complètement irrationnel. Mais, c’est peut-être moi qui suis dépassé. Par contre, j’ai pu voir qu’elle ne jouait plus sur son téléphone (candy niveau le plus haut, ils st 10 personnes en France. Ensuite, certaine chose qui m’appartenait st toujours en place dans l’appart. Globalement, je l’a trouve triste!! Que pensez-vous de ce contexte singulier (j’ai lu tout les messages!)

  9. Bonjour Jean,
    Je vous remercie et vous souhaite également une bonne et heureuse année.
    Il semble que votre ex s’intéresse encore à vous et qu’elle ne supporte peut être pas son célibat. Cela peut être perçu comme positif pour vous car cela vous donne de l’importance mais vous devez garder à l’esprit le contexte de votre rupture et votre précédent témoignage de cet été. Ce n’est pas parce qu’elle regrette, que vous devez revenir avec elle.
    Revenir avec elle dans les mêmes conditions ne servirait à rien. Elle a rompu pour certaines raisons, ne l’oubliez pas. Donc, je pense que vous devriez lui parler et essayer de comprendre ce qu’elle vit, ce qu’elle ressent et ce qu’elle veut. Mais n’oubliez pas que si elle souhaite revenir, la cause de la rupture précédente doit être abordée pour ne pas reproduire le même schéma.
    J’espère que cela vous aidera.
    SAndrino

  10. Bonjour Sandrino. Merci pour vos brillants conseils que j’ai essayé de parcourir. Je viens vous présenter une situation que je vis avec ma fiancée. Cela fait un an que nous sommes ensemble et si mois qu’elle est parti du pays pour continuer ses études dans autre pays, dès lors nous ne pouvons passer une semaine sans mal entendus, elle cherche toujours à me causer des problèmes, se fabrique des idées qu’elle veut toujours me faire accepter. Pour elle j’ai toujours tort et à chaque fois je demande pardon même des choses que je ne reconnais pas. On peut être bien pendant un bon moment après elle sort un sujet qui va nous vexer et ce là fini par des éclats de voiX. Je l’aime énormément et plusieurs fois elle m’a dit la relation est finie. Je me sens toujours affecté. Dois je continuer cette relation? C’est une fille fidèle mais je vois que la distance est en train de prendre le déçu .il n’y a pas longtemps elle m’a dit le doute a pris le déçu sur elle. Elle se fait trop d’ulisions

  11. Je ne cesse de vivre des relations où je ne me respecte pas et dans lesquels je me retrouve manipulé je commence à voir que je suis dépendant affectif, , je me fais frapper physiquement couper bruler avec des mégots et je ne porte pas plainte… j’ai toléré 10 ans d’abus physique et finalement, après m’être décidé à rompre même sous menace de faire une fausse plainte … Je doit passer en cour… Et pendant ce processus ,de surcroît ,je rencontre une autre femme et elle me partage comme si je n’étais qu’un outil .même si je n’accepte pas intérieurement ce comportement je continue la relation, aussi je suis un atout pour aider à réobtenir la garde de son enfant sous inspection de DPJ . Je souffre énormément même que je m’excuse de pleurer… jai déjà consommé des drogues que j’étais très dépendant surtout la cocaïne et j’ai réussi à arrêter mais le manque de cette femme est bien plus effroyable lorsque je suis rejeté par elle ça fait au minimum 20 fois qu’elle me quitte , retourne voir son ex mari nous manipule les deux ( pour moi ce geste est ignoble ) mais je ne peut que souffrir son absence et implorer son retour …Je suis pathétique… Tout mes proches ne me comprenent pas et ne veulent plus entendre mes histoires et me disent ouvertement que tout est de ma faute… Mes parents inclus.. je suis à bout , existe t’il des endroits pour m’aider , je ne crois pas être capable de m’en sortir seul. je ne veux plus vivre comme ça plutôt mourir . je suis même allé à l’hôpital psychiatrique et je me suis fait reconduit dans la rue …

    • Bonjour Sébastien,
      Si vous êtes en état dépressif en lien avec votre histoire, je vous conseille de consulter très rapidement votre médecin traitant pour vous proposer un traitement d’urgence. En parallèle, prenez rapidement rendez-vous avec un psychologue.
      Par ailleurs, vos parents sous-estiment l’impact de leurs mots. Ne tenez compte de ce qu’ils vous ont dit. Ce n’est pas de votre faute. Vous avez besoin d’une thérapie adaptée qui vous permettra de vous aimer et de vous respecter. Tenez le coup et ne restez pas renfermé sur vous-même.
      Sandrino

  12. Bonjour Sandrino, je vous ai écrit il y a deux jours mais ayant navigué de sujets en sujets je ne sais plus sur quelle page je l’ai posté. Peu importe.
    Votre article sur la dépendance affective a enfin mis un mot sur mes maux. Étant suivie depuis plusieurs année par une psychologue, je le rend compte maintenant de ce sur quoi nous avons travaillé malheureusement elle doit arrêter son travail avant que je n’ai achevé le mien, mais elle m’a donné des pistes, surtout pour découvrir d’ou venait cette dépendance. Je suis actuellement avec un homme marié, nous nous aimons très fort mais il ne quittera pas sa femme avec toujours de bonnes raisons ( je ne lui en veux pas, aurais-je pu le faire moi même) ce que je voulais rajouter, c’est que bien sûr c’est une vie de couple en pointillé, c’est assez frustrant et d’un autre côté, j’ai bientôt 60 ans, je sais que je ne passerais pas 30 ans à nouveau avec le même homme, mes attentes sont différentes : je ne veux pas fonder de famille, je ne veux pas d’un mariage.
    Ma dépendance affective, que j’ai essayé de corriger depuis un an et demi, fait certainement que je ne peux me résoudre à le quitter. A mon âge, c’est difficile de trouver quelqu’un comme lui, nous avons une passion commune, beaucoup de points communs, et beaucoup de tendresse et même sur le plan sexuel nous nous retrouvons ( a mon âge c’est génial)
    Je suis veuve depuis bientôt 6 ans.
    Je n’arrive pas à savoir si mon attachement vient de mon amour pour lui qui a résisté à des épreuves très difficiles ou à mon problème de dépendance..
    Je sors , j’ai des activités dans différents domaines, j’ai des amies et amis. Mais quand je suis plusieurs jours sans nouvelles de lui, je ne peux l’empêcher de le contacter, pour me réconforter, éviter de retomber dans la dépression ou je me suis retrouvée suite à une première rupture…

    • Bonjour,
      en fait, vous avez posté votre précédent message sur l’article « comment avoir confiance en soi » où je vous ai répondu.
      Vous avez à mener un travail personnel important pour avancer et être plus autonome affectivement. Si vous vous fuyez et ne faites pas ce travail en allant systématiquement chercher l’amour d’un autre, vous n’avancerez pas. Vous devez prendre une décision : faire face à vous-même, à vos blessures, les accepter et apprendre peu à peu à vous aimer. Vous devez vous réconcilier avec vous-même plutôt que de chercher chez l’autre ce que vous avez déjà en vous.
      J’ai vu que vous étiez inscrite à ma mailing list. Vous recevrez des articles qui vous y aideront, ainsi qu’une formation vidéo qui vous permettra d’avancer. Elle sera disponible d’ici quelques semaines.
      Bonne journée.
      Sandrino

  13. Bonjour Sandrino, en lisant cet article, je me suis rendu compte de mon etat de certaine dépendance… Je suis avec mon ami depuis sept ans et depuis deux ans nous ne vivons plus ensemble, multiples séparations, retour, essaie, déception mais un attachement si fort que je n’imagine pas vivre sans lui et aussi qu’il puisse entamer une autre relation sans moi… Tout mes proches me disent qu’il est trop exigent envers moi et moi bien trop gentille, j’essaie toujours de lui faire plaisir, de devancer ses attentes mais il n’y a que lorsque je prend de la distance que mon conjoint semble me donner l’attention que j’espère. Je ne sors plus de cette relation, doute en permanence et ma fille (11 ans) commence à verbaliser le fait qu’elle aimerait plus de stabilité et ne plus se balader de maison en maison. Elle souhaite d’ailleurs que nous nous séparions une bonne fois pour toute… Je n’ai aucune envie d’un autre homme et j’ai peur de ne pas y arriver seule pourtant j’ai tout ce qu’il faut (besoin matériel, amis, famille) qui pourraient m’aider. De son côté lui trouve que je lui fait bcp de reproche, que nous ne passons pas assez de temps ensemble et que je ne suis pas assez réceptive à ses compliments. Dernièrement j’ai appris qu’il avait eu des échanges (verres, conversation MSN) avec d’autres filles, il me dit avoir besoin de séduire, de plaire car il ne sens plus capable de me plaire, à moi. Nos relations sexuelles sont pourtant très intenses et riches (comme au premier jour…). Franchement j’ai besoin que l’on m’éclaire. Mes proches saturent et ne comprennent pas mon histoire et j’ai du mal à prendre une décision… C’est une première que les réseaux pour moi, je ne m’epanche pas d’habitude mais votre article m’a plu alors je vous remercie si vous aviez l’envie de me répondre.

    • Bonjour,
      Si cela ne fonctionne pas depuis 7 ans, il faut qu’un de vous change son approche ou comportement. Etant donné que lui ne veut pas changer, et que vous attendez quelque chose qu’il ne vous donnera pas, c’est à vous de changer quelque chose. C’est à dire être moins dépendante de lui.
      Votre fille, qui pourtant n’a que 11 ans, a un discours mature. Elle a un besoin de stabilité. Donc, si vous savez que rester avec cet homme ne fonctionne pas, et que cela est dû à votre dépendance, vous devez :
      1) quitter cet homme, qui, pendant que vous ne pensez qu’à lui, pense à d’autres filles (rien d’anormal si cela ne fonctionne pas avec vous)
      2) régler ce problème de dépendance en vous : c’est un travail personnel que vous devez entreprendre (voir ma formation qui peut vous aider) et/ou une thérapie sur l’estime de soi auprès d’un psychologue.
      Une chose est sûre : tant que vous ne réglerez pas ce problème en vous, vous ne vivrez pas vos relations de manière heureuse, que ce soit avec lui ou avec un autre homme. Personne ne peut combler le manque affectif en vous. Il n’y a que vous qui puissiez le faire…
      J’espère que cela vous aidera.
      Sandrino

  14. Bonjour,

    Merci pour cet article intéressant.

    Je pense être dans une forme de dépendance affective mais je ne sais pas comment men sentir. Voilà l’histoire.

    J’ai rencontré un homme de 29 ans (je ai 21) sur un site de rencontre et j’ai eu un vrai coup de coeur. Très vite il ma embrassé et on s’est comporté comme un couple. Ça fait maintenant 1 mois qu’on se fréquente et que tout est parfait.

    Cependant lorsque je lui ai demandé si on était en couple il ma dit que c’était trop tôt et qu’il ne voulait pas se précipiter mais que ça pouvait plus tard devenir sérieux. Chose que je comprends.

    Mais parallèlement à ça j’ai découvert qu’il continuait à aller sur le site de rencontre et à draguer des filles (il va jusqu’à proposer de prendre un verre avec). Je ne suis pas sensée savoir ça, mais depuis que j’ai découvert je me sens pas sereine .
    Des qu’il me parle pas pendant plus de 24h et que je le vois connecté sur le site je me sens mal, comme si j’avais peur qu’il trouve une autre fille et me laisse.

    Pour lui aller sur le site est normal puisqu’il nous considere pas en couple. Mais moi ça me rends mal car je sais qu’il continue à draguer alors qu’on est entrain d’apprendre à se connaître. Bref je suis perdue mais j’ose pas lui dire que ça me plait pas de peur de passer pour une fille jalouse alors qu’on est même pas encore ensemble.

    Pouvez vous m’éclairer sur le comportement à adopter ? J’aimerai que ça fonctionne entre nous mais je stresse.

    • Bonjour Clémence,
      cela ne peut pas fonctionner entre vous puisque vous cherchez une relation sérieuse et que lui, profite de sortir avec vous, tout en draguant et sortant probablement avec d’autres filles.
      Il dit que cela pourrait devenir sérieux. Ce sont des mots qui vous accrochent à lui pendant qu’il s’amuse.
      S’il voulait une histoire sérieuse avec vous, il aurait arrêté son activité sur les sites de rencontre. S’il continue, c’est qu’il n’en a pas envie.
      Donc, oui vous êtes en dépendance, vous êtes trop dans le besoin d’être aimée. Et le problème, c’est que vous l’êtes avec quelqu’un qui vous mène en bateau et qui profite de votre faiblesse.
      Arrêtez cette relation et au lieu de donner votre amour pour cet inconnu qui ne le mérite pas, donnez-le vous.
      Faites un travail d’épanouissement personnel pour vivre vos relations dans l’envie, et non pas dans le besoin.
      J’espère que cela vous aidera.
      Sandrino

  15. Bonjour, et Merci pour vos informations.
    Connaissez-vous, des groupes de travail thérapeutique traitant sur le sujet de la dépendance amoureuse, sur Paris ?
    Merci de votre réponse.
    S.

  16. Bonjour,

    Franchement je suis sur le cul !
    Ma copine semble être dépendante affective et je suis venu chercher quelques pistes pour l’aider et mieux comprendre.
    Et là je découvre un article et surtout des commentaires très bien fait. Je trouve vos mots et analyses d’une belle et grande justesse. Et tout cela de manière désintéréssée.
    Oui franchement ca fait du bien de découvrir tout cela: continuer vous êtes bon et vous aider les gens à avancer !!

  17. Bonjour Sandrino,
    Tout d’abord votre article est très intéressant.
    Voici ma situation : je suis avec un homme depuis presque 2 ans, on ne vit pas ensemble. Au début tout allait bien, et puis au bout de 3 mois il y a eu des disputes de plus en plus fréquentes. Je suis dépendante affective, je lui pourissais la vie dès que je n’avais pas de msg pendant 2 heures ou si le week-end il ne se consacrait pas entièrement à moi.
    Après plusieurs alertes de sa part j’ai décidé de consulter un psychologue (d’autant que juste avant lui je sortais d’une rupture douloureuse…)
    Cela fait maintenant un an et demi, j’ai progressé mais j’ai encore bcp de mal à gérer mes émotions dès que je ressens du rejet, de l’abandon…
    On a passé un été formidable et il y a 10 jours environ on s’est disputé tout le weekend. Ce qui l’a conduit à rentré chez lui. Suite à ça je lui ai fait du chantage au suicide ( pour la 2eme fois), je me suis retrouvée à l’hôpital. Il m’a fait comprendre que c’était fini, qu’il n’en pouvait plus. Il m’a demandé de ne plus le contacter. Les 3 premiers jours je n’y suis pas arrivée, je le suppliais de me donner une chance, de me pardonner.
    Et puis son dernier msg fut : « je te le redis, j’ai besoin de couper un long moment pour savoir. »
    Cela fait 7 jours que je respecte sa demande, silence radio. C’est très difficile pour moi, je souffre énormément et je me raccroche à l’espoir qu’il revienne.
    Seulement je ne sais pas combien de temps il lui faut ni combien de temps je vais tenir. J’ai besoin de savoir pour avancer mais je me dis que ça n’est pas une bonne idée de le recontacter
    Qu’en pensez vous ?

    • Bonjour,
      Prenez conscience que c’est votre dépendance qui a provoqué sa décision d’arrêter la relation. Il n’en peut plus, il vous l’a dit.
      Plus vous insistez, plus il s’éloigne. Donc, vous devez arrêter de vous focaliser sur vous et vous recentrer sur vous pour traiter votre dépendance.
      Si votre thérapie avec votre psychologie n’avance pas assez, tournez-vous en complément vers une TCC (Thérapie cognitivo-comportementale). Cela vous aidera.
      Mais arrêtez de rester dans votre comportement de dépendance. C’est un cercle vicieux qui vous fait plus de mal que de bien.
      Sandrino

  18. Merci pour votre article. Je pense aussi être dépendante affective. Je suis dans un grand bouleversement dans ma vie, c’est moi qui ait quitté mon mari et je ne m’en sens que mieux. Par contre, j’ai peur du vide, de ne plus être aimée et je deviens totalement dépendante de l’avis des autres quand à ma possibilité de plaire. J’ai testé site de rencontres et là ça a été une catastrophe, car je devenais accro. J’étais bien quand je recevais des messages et totalement déprimée les journées sans. Je voudrais sortir de cet état.

    • Bonjour Muriel,
      A la base de toute dépendance, il y a une blessure ou un manque lié à votre passé. Il faut donc effectuer un travail sur vous, qui se fait généralement par une thérapie ou par un travail de recherche et d’épanouissement personnel. J’ai créé une formation à cet effet mais elle est actuellement fermée. Si vous êtes intéressée et que vous êtes inscrite à ma mailing list, vous recevrez une notification lorsque les inscriptions seront ouvertes très bientôt.
      Bonne journée.
      Sandrino

  19. Bonjour Sandrino.
    J’ai conscience de ma dépendance affective, je suis une psychothérapie qui m’aide à y voir plus clair. Néanmoins la culpabilié m’ envahit et je tombe en dépression car j ai totalement perdu l’estime de moi même. Je ne dors plus, je pleure tout le temps, je n arrive plus à sortir… Ce qui me hante : l image que j ai laissée à mon ex, cette image de pauvre fille qui s accroche et qui se rabaisse sans dignité, prête à ramper pour le récupérer. Me dire que j ai renvoyé cette image pitoyable à mon ex ( qui pourtant avait un comportement malsain sur certains points ), qu’ il me voit comme une » pauvre fille » sans plus aucun intérêt pour lui, me désespère. Ca tourne en boucle, et je m en veux, je me déteste d avoir pu me montrer aussi pathétique et qu il se souvienne de moi comme ça.

  20. Ps concernant mon commentaire précédent : j’ai ressenti chez mon ex un certain plaisir à m’ humilier, à me faire susciter des regrets, à me voir me démener pour tenter de le reconquérir.

    • Bonjour Gina,
      les comportements et pensées que vous avez sont la conséquence de votre dépendance. Vous êtes déjà dans un accompagnement par une psychothérapeute, qui en sait beaucoup plus sur vous que moi. Je la laisse donc vous aider dans votre dépendance.
      En revanche, si vous êtes en dépression, voyez rapidement votre médecin pour qu’il vous aide.
      Sandrino

  21. J’ai mis des années à essayer de faire en sorte que mon ex m’aime ,car enfant j’ai reçu peu d’amour; résultat il en a épousé une autre.
    Needy is freeky.
    À quasi 40 ans ;j’apprends finalement à m’aimer.
    Merci infiniment Sandrino. M.

  22. Bonjour je voudrais ne plus tomber sur les mauvais gars je vis seule et j ai besoin de remplir le vide laissé par le départ de mon fils et absence de famille. Merci cordialement

  23. Bonjour Sandrino,
    J’ai 43 ans. Suis séparée depuis 2 ans après une relation de 20 ans. Mon deuil est fait et notre relation est amicale et très saine.
    J’ai rencontré quelqu’un il y a 2 mois. Très vite nous nous sommes plus et avons débuté une relation. Je suis très vite tombée amoureuse alors que je suis plutôt quelqu’un de modérée affectivement. Mon partenaire l’a senti et a mis fin très vite à la relation. Très amoureuse, voulant être honnête, je lui ai fait porter des fleurs et après quelques jours, d’échanges SMS nous avons poursuivi. Mais en 2 mois, il a rompu 5 fois, est revenu vers moi 3 fois, exprimant chaque fois plus de sentiments jusqu’à me dire qu’il m’aimait. Rapidement, j’ai suggéré à cet homme sa peur de s’engager. Il l’a admise et dit qu’il ne parvenait pas à la maitriser, qu’elle lui fait prendre systématiquement des décisions impulsives. La dernière rupture était hier. Nous avons beaucoup parlé. Il trouve ses allers-retours malsains mais ne peut s’en empêcher, se dit convaincu de ne pouvoir changer même s’il le regrette et en souffre beaucoup. A le sentiment de ne pas me respecter en agissant ainsi, qu’il sait que je vais « le reprendre » à chaque fois et qu’il trouve ça indigne pour moi.

    • Bonjour Nadège,
      Votre souci n’est pas votre relation avec cet homme. Votre souci, c’est votre dépendance affective. Et tant que vous serez en dépendance, vous ne vous respecterez pas, et attirerez à vous des hommes qui ne veulent pas s’engager ou des hommes qui profiteront de vous et de vos faiblesses (pervers narcissiques par exemple).
      Donc, ne vous focalisez pas sur cet homme. Faites le travail nécessaire pour sortir de la dépendance. Si vous ne l’avez pas encore fait, inscrivez-vous à ma formation gratuite dont vous trouverez le lien en début et en fin d’article.
      Sandrino

  24. Je m’excuse de poursuivre avec un autre message mais c’est bien trop court pour s’exprimer même en faisant court.
    Mon attitude relève-t-elle de la dépendance affective ou suis-je tout bonnement tombée amoureuse ? Les ruptures successives m’ont très vite placée dans une position d’insécurité qui générait beaucoup d’angoisse mais son ambivalence renforçait mon attachement. L’ai-je placé dans une position de dominance confortable en me montrant si vite acquise ?
    Quelques heures après, je lui ai textoté que j’appréciais que nous ayons pu échanger aussi facilement et que sa décision était cohérente et louable, même si difficile à accepter pour moi. Il m’a remercié. Mais pas plus tard que cette nuit à 2h, il me textotait qu’il aimerait qu’on se donne des nouvelles de temps à autres. Je lui ai dit qu’il agissait de manière incohérente et qu’il devait arrêter de me tourmenter de cette manière. Mais je ne sais plus où j’en suis. J’aime profondément cet homme qui pourtant me fait souffrir. Mais j’ai pris conscience de ma part de responsabilité dans son comportement et je ne peux m’empêcher de penser qu’une issue autre que la rupture pourrait être trouvée ?
    Merci pour votre réponse.

    • Bonjour Nadège,
      désolé, je n’avais pas vu votre second message. Comment pouvez-vous dire que vous aimez profondément un homme que vous connaissez depuis 2 mois seulement ? Pour aimer quelqu’un, il faut prendre le temps de le connaître et de l’apprécier. Si vous êtes tombée amoureuse très rapidement, c’est que vous étiez en manque d’amour, tout simplement. Est-ce de la dépendance ?
      Si vous vous respectez, vous faites respecter et êtes facilement en mesure d’arrêter la relation pour être plus heureuse, probablement pas.
      Sandrino

  25. Bonjour Sandrino,

    Je suis tombée sur votre article que j’ai trouvé fort intéressant. J’ai 24 ans et j’ai pris conscience il y a quelques années que j’étais dépendante affective. J’ai grandi auprès d’un père froid, qui montrait peu des sentiments voire qui avait tendance « à aboyer » constamment sur moi, en grandissant, j’ai accumulé les relations toxiques où j’étais rabaissée, ou mes besoins étaient passés à la trappe. J’ai réussi à faire le ménage dans ma vie en suivant une thérapie en parallèle pendant 6 mois ( je pense que la durée n’était pas suffisante ) et j’ai rencontré quelqu’un. Ça a été un vrai coup de foudre mutuel, les choses ont été rapides entre nous mais cette dépendance que je pensais partie est revenue de plus belle. J’ai besoin constamment qu’il me prouve qu’il m’aime, qu’il me le dise, j’ai constamment peur que mes besoins soient oubliés et que cela veuille dire qu’il ne tient pas vraiment à moi s’il ne le fait pas .. nous en avons discuté, il m’a expliqué qu’il était amoureux de moi, qu’il me le prouvait de bien des manières par ses gestes mais que dire je t’aime était quelque chose de difficile pour lui. J’ai conscience que ce qu’il me dit est parfaitement censé mais je continue malgré tout à angoisser et à me dire que si il ne me le dit pas souvent alors c’est qu’il ne le pense pas … que faire pour cesser d’angoisser et vivre enfin sereinement ma relation ? J’ai l’impression que je m’interdis d’être heureuse et sabote ma propre relation.

    Juliette

    • Bonjour Juliette,
      Oui, tu sabotes ta propre relation, c’est le comportement habituel type de dépendance affective.
      Tu as manqué d’amour et de reconnaissance et cela te suit encore à l’âge adulte.
      il faut que tu travailles sur toi, sur tes croyances et tes blessures, notamment celle liée à ton père puisque c’est la source de ta dépendance.
      Il y a un travail de fond important à faire. J’ai vu que tu t’étais inscrite à ma formation gratuite. C’est un bon point pour débuter. Tu y recevras de nombreux conseils utiles.
      A bientôt.
      Sandrino

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here