Et si votre enfant était gay ?

Je n’ai pas d’enfants. Pas encore.

Je suis dans une période de ma vie où mes amis commencent à avoir des enfants arriver dans leur quotidien.

Je ne sais pas si c’est par provocation ou par simple curiosité, mais je ne peux m’empêcher de leur poser une question : « Si dans le futur, votre enfant vous avouait qu’il était gay, quelle serait votre réaction ? »…

Hormis un couple, tous les autres ne sont pas ravis à cette idée. Ils seraient « déçus »…

Une précision s’impose : mes amis ont entre 25 et 40 ans, ont fait des études supérieures, sont ouverts d’esprit (quoique…) et vivent dans une ville cosmopolite : Paris.

Leurs caractéristiques me laissaient penser qu’ils auraient plus facilement accepté un enfant gay.

J’avais tort.

Et pourtant, mes amis ont des potes gays. Ils sont également fans de séries américaines. Ces mêmes séries contenant des personnages gays auxquels ils sont attachés.

« J’accepte les gays… mais pas dans ma famille », pourrait-on dire !

Je peux comprendre leur réaction. L’homosexualité concerne une minorité de la population. Et on n’accepte pas les minorités.

Et puis il n’y a pas d’homosexualité dans les contes ou dessins animés pour enfants. Ces contes qui nous marqueront pour longtemps et feront référence dans notre vie.

Des histoires de princes et de princesses qui vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… hétéros ?

Nous n’acceptons pas l’homosexualité car nous n’acceptons pas nos différences.

Nous n’acceptons pas qu’un homme puisse aimer un homme et qu’une femme puisse aimer une femme.

Alors nous avons trouvé des prétextes. Autrefois, c’était une maladie. Aujourd’hui on dira que l’on devient gay car c’est à la mode et que l’on est influencé par les séries télé qui banalisent l’homosexualité.

J’ai des amis gays.

Ils ne sont pas « malades » et ils ne sont pas gays pour être à la mode.

Ce sont des hommes qui aiment des hommes. Et ce sont des femmes qui aiment des femmes.

Il n’y a pas de cause à chercher et il ne faut pas remettre en question qui ils sont.

Je suis un homme hétéro. Je fais partie de la « majorité ». J’ai toujours aimé les femmes et n’ai jamais eu aucun doute.

Si l’homosexualité était la norme, je n’aimerais pas devoir me cacher, avoir honte de moi ou me mettre en couple avec un homme pour m’intégrer alors que j’aime les femmes.

Mais surtout, j’aimerai être accepté et aimé par ma famille, quelle que soit mon orientation sexuelle.

Nous avons fait des progrès sur l’acceptation de l’homosexualité dans notre quotidien. Mais on peut remarquer que cette acceptation est partielle et limitée.

Il reste encore un travail important de sensibilisation et d’acceptation à faire dans ce domaine, comme dans tout ce qui touche à nos normes sociales.

Si je pose la question de l’enfant gay à mes amis, c’est que je me la suis également posée.

Et la réponse à cette question est venue naturellement.

Si j’avais un enfant gay, je l’accepterai et l’aimerai sans conditions.

Peut-être même que je l’aimerai encore plus afin de compenser le manque de compréhension des Autres.

Quand je pense au futur et à ce que sera la vie de mes enfants, je ne me demande pas s’ils seront gays. Je me demande s’ils seront heureux.

C’est la seule question que des parents devraient se poser pour leurs enfants…

Et vous, si votre enfant vous avouait qu’il était gay, quelle serait votre réaction ?

Voici un article qui m’a touché et qui pourrait vous donner une meilleure compréhension de ce sujet : Au nom de tous les miens.

Sandrino

11 réflexions sur “Et si votre enfant était gay ?”

  1. sandra

    J’ai trois enfants et aucun n’est homosexuel DIEU merci ! Quand j’étais plus jeune je parlais aussi peace and love, tout ton discours je l’ai aussi tenu. Mais un jour alors qu’une de mes nièces avait subit des actes d’incestes de la part de son père, une petite lesbienne a repéré la faille et l’a séduite. Ma nièce était très amoureuse, elle devait avoir 15 ans. Elle s’affichait sur son Facebook. J’avoue que ça a créer un malaise. Je n’ai pas retiré l’amour que j’ai pour elle, c’est de l’acquis pour toujours, de plus elle est ma filleule et chez les chrétiens c’est une haute responsabilité, un réel engagement envers un enfant. Mais je n’ai jamais validé d’accord comme d’autres dans la famille qui lui disaient « c’est bien tu es heureuse » hypocritement car leurs gosses avaient des petits amis, donc tout allait bien dans leur chaumière. Donc on peut ne pas être d’accord et aimer les personnes c’est pas un problème. Et au bout d’un mois la petite lesbienne s’est lassée et est passée a une autre proie facile. Aujourd’hui la louloute s’affiche avec un beau mulâtre qui vient a toutes les fêtes de famille, elle s’est stabilisée, ça fait plus d’un an qu’ils sont ensemble. Ca fait plaisir de voir enfin cette ado avoir trouvé un équilibre affectif dans sa vie. Alors sans hypocrisie, oui je suis contente que mes enfants soient hétéros, je suis même grand-mère une fois et quand je vois le magnifique petit couple que forment mon fils et sa petite amie je ne vois rien de plus beau au monde ! Ce serait deux mecs franchement ce serait un cauchemar pour moi Je fais parti d’une lignée d’humains, nous nous donnons la vie et pour moi il n’y a rien de plus beau au monde que de voir sa descendance, ceux qui nous remplacent sur terre. Donner la vie c’est le fonctionnement originel de la terre. L’homosexualité c’est le contraire. Quand aux questions gna gna le bonheur des enfants bla bla bla, je répond que le bonheur est en nous, on le choisi ou pas. On choisi d’être la plaie qui ne va jamais, qui enmmerde le monde en plaintes et jérémiades toute sa vie pour accaparer toute l’attention égoïstement où on choisi de se contenter de vivre pleinement heureux malgré les difficultés de la vie, c’est là où ça change la donne. C’est pas une question de sexualité. Et personne ne parle jamais des rejets de la belle fille et du gendre, ça arrive tout le temps dans toutes les familles ! Et pareil pour les gendres et les belle-fille qui rejettent la famille de l’autre mais curieusement le bonheur hétéro ça n’intéresse personne, c’est pas rentable, c’est pas a la mode.

    1. Sandrino

      Bonjour Sandra,

      Je comprends tout à fait votre position sur le sujet et je sais que vous ne changerez pas d’avis mais je décide néanmoins de vous répondre.

      Il y a certes des jeunes qui s’essaient à l’homosexualité lors de leur adolescence.
      Mais l’homosexualité n’est pas une question de mode ou la volonté de vouloir être une plaie pour sa famille.
      Il est question d’hommes qui aiment les hommes et de femmes qui aiment les femmes.

      C’est de l’Amour, qui n’est certes pas au goût des normes sociales mais pourquoi réfuter la nature de cet Amour ?

      Avez-vous lu le témoignage pour lequel j’ai mis le lien en fin d’article. Il vous donnera un aperçu de ce que vivait intérieurement un gay lors de son adolescence. Lisez-le pour comprendre ce qu’est l’homosexualité. Ne le lisez pas pour juger, lisez-le avec empathie pour comprendre.

      Il existe un tas d’histoires comme celles vécues par votre nièce et qui se produisent avec des hétérosexuels. N’allez pas juger l’homosexualité sur cet exemple issu de l’adolescence où chacun se cherche.

      Sandrino

    2. Virginie

      Je trouve le lien de cause à effet un peu rapide ….
      Si tous les gens victimes d’inceste devenaient homosexuels, cela en ferait du monde 🙂

      Il faut en effet distinguer les gens qui explorent leur sexualité alors que d’autres n’ont aucun doute sur leur homosexualite ou hétérosexualité.
      Vous représentez ce passage comme une folie passagère où votre nièce est la « proie ». C’est normal à l’adolescence d’avoir des couples qui ne durent pas, c’est cela qui fait qu’on a l’expérience de la vie et des relations. Quand ça est finit, c’est dur pour la personne quittée, mais cela n’en fait pas une proie pour autant.

      Concernant la question de base, j’ai deux garçons de 9 et 12 ans. Donc le plus grand va commencer sa vie amoureuse dans pas trop longtemps. On verra à l’arrivée ce que cela donne mais l’important est qu’il soit heureux. Je vous rejoins tout à fait sur le fait que c’est un état d’esprit face à la vie et à ses contrariétés.

      Si un des deux m’apprenait qu’il était gay, je pense que je serais surprise de l’annonce et quand même un peu inquiète car la société n’est pas tendre quand on sort « du modèle ». Et s’il n’avait pas d’enfants (tout le monde n’a pas envie d’adopter), oui égoïstement cela me manquerait un peu. Mais on peut être gay et former un couple heureux et qui dure. J’ai le cas dans ma famille et je connais quelques collègues dans le cas.
      En résumé, je l’aimerai toujours autant car mon fils restera toujours mon fils …

      Personnellement ce qui me stresserait c’est qu’un de mes fils devienne religieux intégriste (quelle que soit la religion).

      NB le bonheur hétéro est hyper rentable 🙂 il n’y a qu’à voir les magazines féminins, les sites de rencontre, les livres pour réussir son couple, le business autour du mariage …

      En résumé, je dis « vive le bonheur » quand même 🙂 (hétéro ou non, en couple ou pas)

  2. Lou

    Sandra….Les propos que vous tenez sur l’homosexualité sont d’un tel dédain que si je n’avais pas déjà entendu cela j’en pleurerais de tristesse non pas pour moi mais pour votre ouverture d’esprit restreinte…A l’heure actuelle des jeunes homos se suicident à cause de vos discours de religieuse des années ancestrales mais ceci ne doit pas vous empêcher de dormir puisque ce n’est pas votre problème car comme vous le dites dieu merci aucun de vos enfants n’est homosexuels…Je n’ai jamais entendu et vu autant de gens religieux qui prêchait le : aimez vous les uns les autres et qui avez aussi peu d’amour pour son prochain…L’homosexualité n’est pas le contraire de vos idéaux de bonne mère et n’es pas non plus à la mode…Je suis lesbienne et pour moi l’amour n’as pas de couleurs,de sexe ou de frontière…Je suis heureuse quand des gens s’aiment…L’Amour avec un grand A au dessus de tout…Homo,hétéro, nous sommes tous des humains…Si j’avais eue un enfant homo je l’aurait aimé,accepté tout autant que s’il avait était hétéro…Son bonheur aurait était mon unique préocupation…Montez donc une association Sandra contre le rejet des gendres ou des belles filles mais je doute qu’avec un état d’esprit aussi étroit vous réussissiez à avoir beaucoup d’inscrit à votre cause..Quoi que des grenouilles de bénitier dans votre genre j’en ai vu pas mal qui ont manifestés contre des droits qui ne vous enlevez rien…

    1. Un homo qui passait par là

      Merci pour ce commentaire.
      Merci à Sandrino pour cet article – beaucoup d’amour et de bienveillance.

  3. Labello

    Bonjour, je suis arrivée par hasard sur votre blog en recherchant des informations sur les 5 langages de l’amour. Et je suis tombée sur une mine d’or. Je trouve vos articles très justes et plein de bon sens et de bienveillance.

    1. Sandrino

      Bonjour Labello,
      merci pour votre sympathique commentaire 🙂
      Bonne journée.
      Sandrino

  4. Lucas

    Cet article est magnifique et m’a touché. Je parcours votre site avec plaisir, et bien que la formulation des articles s’adapte aux couples heterosexuels’ je suis ravi de constater votre sensibilité sur la question, étant moi-même en couple avec un homme. Merci à vous.

    1. Bonjour Lucas,
      merci pour votre message bienveillant 🙂
      Bonne journée.
      Sandrino

  5. Rachel Berger

    Merci Lou pour cette magnifique réponse à Sandra empreinte de respect pour son témoignage qui lui n’en a pas ! C’est l’intelligence du coeur..

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Send this to a friend