L’erreur FATALE à éviter en début de relation

Un ami a récemment consulté ma chaîne YouTube.

Il m’a confié qu’il ne me reconnaissait pas, que je n’étais pas moi-même et qu’il n’arrivait pas à connecter émotionnellement avec moi.

En d’autres mots, il ne retrouvait pas le «  Sandrino » qu’il connaissait.  

J’ai été surpris et attristé par sa remarque.

Je prône l’authenticité dans mes coaching et mon ami me dit que je ne suis pas authentique dans mes vidéos.

J’ai tout d’abord réagi en me défendant : «  c’est normal que je ne sois pas moi-même puisque je suis filmé. Et je suis dans une position de conseiller. Je ne suis pas en train de parler dans un bar avec mes amis ».  

Puis j’ai rapidement pris conscience… qu’il avait raison !

OK, j’ai la posture de conseiller.  

OK, mon langage et mon discours ne sont pas aussi décontractés que dans ma vie sociale.

Mais je ne suis pas naturel devant la caméra.  

Je joue un rôle.  

Dans ma manière de m’exprimer, dans l’expression de mon regard.  

J’essaie de vous plaire. Je cherche à vous intéresser.  

Pour que vous vous intéressiez à moi. Pour que vous m’appréciiez.

Pour que vous likiez mes vidéos et vous abonniez à ma chaîne.  

Et même si mon objectif premier est de vous aider à mieux réussir vos relations, je joue un rôle.

J’essaie de vous séduire.

Et ça peut fonctionner.

Vous pouvez apprécier cette image que je renvoie.

Mais je pourrai tout à fait vous donner les mêmes conseils sans chercher à vous plaire.

Juste en étant moi-même.

Et vous pourriez apprécier de la même manière mes contenus, voire plus que lorsque j’essaie de vous plaire.  

Je pourrai en quelque sorte vous plaire sans essayer de vous plaire.

Ce serait plus simple et plus authentique.

Alors, pourquoi est-ce que je vous partage cette histoire aujourd’hui ?

Tout simplement parce que c’est exactement ce même problème que vous rencontrez dans vos relations, qu’elles soient amoureuses, amicales ou professionnelles.

Que vous soyez un homme ou une femme, vous jouez un rôle.  

Et parfois sans même le savoir.

Vous jouez un rôle pour plaire. Pour que l’on ait une bonne image de vous. Pour que l’on vous aime.

Mais c’est épuisant de jouer un rôle.

Et comment être aimé pour qui l’on est, si l’on passe notre temps à ne pas être nous-mêmes ?

C’est notamment le cas dans vos relations amoureuses et particulièrement dans vos débuts de relation puisque c’est le moment où l’on apprend à se connaître.

Le paradoxe du début de la relation, c’est que l’on apprend à se connaître alors que c’est le moment où nous jouons le plus un rôle.

On veut faire bonne impression. On veut plaire. Surtout ne pas faire d’erreurs.

Et plus la personne nous plaît, plus on joue un rôle.

Car on ne veut pas rater le coche si l’on pense que c’est la bonne personne pour nous.

C’est du moins ce que l’on croit puisqu’on ne sait pas réellement qui est la personne en face de nous.

Après tout, elle aussi, peut jouer un rôle pour nous plaire, et nous cacher sa réelle personnalité.

Et comme je le disais précédemment, cela peut fonctionner.

Vous pouvez plaire, séduire et débuter une relation, même en jouant un rôle.

Le souci, c’est que vous plairez à des personnes qui sont attirées par l’image que vous renvoyez.

Mais l’image que vous renvoyez, ce n’est pas qui vous êtes.

Au début de la relation, ce n’est pas un problème.  

Mais après plusieurs mois de relation, votre réelle personnalité ressortira peu à peu.

Vous serez moins dans la retenue et vous serez plus naturel.

Vous vous autoriserez enfin à être vous-même.

Chez certaines personnes, cela peut prendre quelques semaines, quelques mois ou parfois même quelques années.

Mais une chose est certaine : vous finirez par être vous-même dans la relation.

Et c’est au moment précis où vous vous ouvrirez et serez vous-même que votre partenaire pourrait commencer à se désintéresser de vous.  

Il vous dira que vous êtes quelqu’un de très bien… mais qu’il n’a pas de sentiments et qu’il n’a pas réussi à s’attacher.  

Ou bien qu’il avait des sentiments en début de relation mais qu’il n’en a plus à présent.

Au bout de quelques mois, c’est étrange, n’est-ce pas ?

Peu de temps après, il ou elle vous quittera. C’est la rupture.  

Et Il est probable que vous rencontriez cette situation à plusieurs reprises dans votre vie.  

En début de relation, il semble intéressé. Puis au bout de quelques semaines ou quelques mois, il ne l’est plus.

Vous en viendrez à la conclusion que, dès que vous êtes acquis, votre partenaire vous quitte.

Si  vous êtes une femme, vous pourriez penser que tous les hommes sont des manipulateurs qui vous séduisent et vous quittent quand ils ont eu ce qu’ils voulaient.

Cette pensée deviendra une croyance de plus en plus forte. Elle résidera en vous, tel un « bagage » négatif qui vous accompagnera dans toutes vos futures relations.

Vous pourriez même en vouloir à tous les hommes pour cela.

Avouez qu’il est difficile de traiter un homme avec bienveillance dans une rencontre si on lui en veut déjà pour quelque chose qu’il n’a pas fait.

Alors que le problème est souvent ailleurs…

Le problème, c’est que vous jouiez un rôle en début de relation et que votre partenaire a apprécié et aimé cette image de vous.

Mais il n’a pas aimé la personne que vous êtes vraiment.

Vous n’êtes finalement pas son idéal alors que vous l’étiez au début.

Vous en viendrez sans doute à une conclusion : croire qu’il ne faut jamais s’ouvrir totalement, qu’il faut se protéger, qu’il ne faut pas être soi-même, sans quoi on vous quittera.

Ou bien vous croirez que vous n’êtes pas quelqu’un d’assez bien pour qu’on vous aime, que vous êtes moins bien que les autres, que vous n’êtes pas à la hauteur ou que vous ne méritez pas d’être aimé.

Vous entrerez alors dans un cercle vicieux : vous continuerez alors à jouer le rôle de quelqu’un que vous n’êtes pas afin de ne pas être quitté.

Le résultat, c’est que vous ne vous autoriserez pas à être vous-même et vos histoires d’amour ne seront pas aussi belles que vous le souhaiteriez.

Jusqu’à présent, je vous ai dit que l’on joue un rôle pour plaire et ne pas déplaire.

Mais parfois, on joue également un rôle pour se protéger.  

C’est le cas de Karine (c’est un pseudo), une élève de mon programme d’accompagnement.

Lors d’un coaching de groupe, Karine me dit que les hommes qu’elle rencontre sont motivés en début de relation, mais que dès qu’elle s’ouvre à eux au bout de quelques mois, ils deviennent moins intéressés et finissent par la quitter.

En parlant avec elle, je remarque que Karine est une femme chaleureuse, simple et bienveillante. Mais dans ses débuts de relation, ce n’est pas ce qui ressort.

Car elle cache qui elle est pour se protéger.  

Elle renvoie l’image d’une femme froide qui snobe les hommes et qui semble ne pas s’intéresser à eux. C’est-à-dire qu’elle donne l’image d’une femme à la personnalité à l’opposé de qui elle est.  

Ce qui fait qu’elle attire les hommes qui aiment un certain type de femmes : forte, froide et distante. Elle attire également le type d’hommes qui aiment les challenges, ceux qui cherchent un trophée.

En revanche, à cause de cette image qu’elle renvoie, elle repousse sans le savoir, les hommes qui seraient réellement intéressés par qui elle est : des hommes chaleureux, simples, bienveillants, sensibles.

Ces hommes là, voyant une femme froide et distante, ne cherchent pas à aller plus loin avec elle. Ils ne sont pas attirés par ce qu’ils voient.  

Le résultat, c’est que Karine n’arrive pas à trouver un homme qui lui convient.

C’est tout simplement «  logique » lorsque l’on en prend conscience  

En résumé, si Karine était elle-même, elle attirerait des hommes qui apprécient la « vraie » Karine et non pas la Karine « de surface », froide et snobe.

Quand j’ai dit à Karine d’être authentique, elle m’a répondu : «  ce n’est pas facile d’être soi ».  

Ce n’est pas facile, peut-être, mais c’est beaucoup plus simple.

Car comme je le disais précédemment, c’est épuisant de jouer un rôle.

C’est épuisant de se tourner le dos, de ne pas s’aimer, de ne pas croire en nous, de ne pas être authentique.

Et comme votre partenaire finira par vous connaître, autant lui montrer dès le début la personne que vous êtes réellement.

Avec vos qualités et vos défauts.

Bien entendu, si votre défaut peut nuire à votre relation (exemple : jalousie ou dépendance affective), il convient de le traiter.

Mais gardez à l’esprit que vous pouvez plaire à quelqu’un sans essayer de lui plaire.

Vous pouvez le séduire en étant vous-même…

A vous maintenant : avez-vous l’impression de jouer un rôle en début de relation ? Avez-vous l’impression de ne pas attirer les « bons partenaires » à vous ?

A propos de l'auteur

Sandrino MANCINELLI

Sandrino Mancinelli est coach certifié, spécialiste des relations amoureuses. Il est l'auteur du livre Rupture amoureuse - le début d'une nouvelle vie ainsi que de la petite boite pour attirer l'amour à soi.

  • Martine. Mtl dit :

    Merci.

    Comme j ai bcp pris d ‘actions depuis 18 mois 2 ans
    comme une nouvelle maison dans ce temps de covid ( les maison sont double en prix) la job. Deux ado … etc

    mes sous$$ sont comptés …. Infirmière mes jours soirs nuits dont devenus un cauchemar … le travail va nous traverser

    Enfin vous allez nous avoir a la force de prendre soin de vous tous

    Vaccins. Pas vaccins. 3 metres … etc.

    Si j avais ce genre de penser comme une majorité.

    Les patients auraient rien recu … de nous

    Non. Notre grand coeur de sauveur. Nous avons les deux mains dedans avec la bonté et la chaleur humaine qui motive chaque action en nous

    Pour un reste de la société chez eux ….sans contact

    Me rappelle que le don de soi. L amour pour son prochain appartiennent a tres peu de gens ((( on est surement ces victimes finalement de la société et du PN …..)

    Car c est nous qui donnons sans cesse

    Alors merci pour offrir ce contexte sans frais ($)

  • Excellente année à Toi, Sandrino et à tous ceux qui te suivent dans ce « nouveau monde » où la scission orchestrée fait déjà d’énormes dégâts….
    ….mais où la résilience humaine est capable d’une incroyable adaptation et qui amène à des prouesses dans le domaine amoureux.
    En effet, mon histoire avec « elle » continue grâce au sentiment amoureux mais aussi et surtout au fait que j’ai dû apprendre à moduler donc à ménager l’Autre.
    Étrangement, je n’ai pu étendre ma « compréhension » à d’autres personnes ce qui peut laisser entendre que l’on ne devient « sage » que si c’est important pour soi.
    Alors l’humain est bien ce qu’il est dans toute sa latitude d’adaptabilité.
    Et cela reste sa principale force.
    Bien à toi,
    Guy

  • Bonjour Sandrino,
    Je suis très étonnée par le constat fait par votre ami quant à votre changement d’attitude face à la caméra. Contrairement à d’autres coachs, j’ai toujours trouvé au contraire que vous faisiez preuve d’un grand naturel et d’une bienveillance palpable, avec des conseils toujours avisés à l’appui de votre expérience relatée en toute sincerité et d’un travail approfondi.
    Votre volonté de faire progresser les relations humaines n’est plus à démontrer.
    Soyez assuré de toute ma sympathie.
    Bien cordialement.
    Alizée.

    • Bonjour Alizée,
      Je vous remercie pour votre message bienveillant qui me va droit au coeur 🙂
      Effectivement, il y a mon côté naturel qui ressort sur les vidéos mais pas assez à mon goût.
      Ce n’est sans doute pas palpable mais je le ressens au fond de moi. J’y travaille pour les prochaines vidéos 😉
      Bonne journée.
      Sandrino

  • {"email":"Adresse email invalide","url":"adresse du site web invalide","required":"Un champ obligatoire n'a pas été rempli"}
    >
    Send this to a friend