Les applications et sites de rencontres fleurissent sur le web.

Je me pose plein de questions sur ces sites.

Mais je suis en couple. Je ne peux donc pas les tester (Ma copine est cool mais elle a ses limites 😉 ).

Alors, je questionne des potes inscrits autour de moi.

Aujourd’hui, j’interview Anna qui est inscrite sur Tinder et AdopteUnMec.

Témoignage d’Anna, inscrite à Tinder et AdopteUnMec

Bonjour Anna, tout d’abord, pourrais-tu te présenter ?

Je m’appelle Anna, je suis une femme de 32 ans. Je suis célibataire hétéro et je vis à Paris.

Je t’interview aujourd’hui car tu as testé Tinder et je souhaitais avoir ton avis sur cette appli. Tout d’abord pourquoi t’es tu inscrite ?

En fait, j’ai testé Tinder et Adopte un mec. J’ai pris les deux en parallèle au début pour optimiser les chances de rencontres. Principalement pour rencontrer de nouvelles têtes, mon cercle d’amis commençant à réellement s’enfermer dans des vies de couple bien/trop tranquilles.

Quel était ton objectif ? 

Je trouve que le terme utilisé sur Adopte un mec est celui qui correspond le plus : je cherchais un CDI. Mais attention, tout CDI comporte une période d’essai… il faut donc essayer, si le coeur nous en dit 🙂

Quelle était ta « cible » en terme de partenaires ?

Célibataire, pas d’enfant, 30-36 ans, monogame. Après, ce qui est indiqué sur le profil est de la théorie. Chacun est libre de cacher ses casseroles et s’inventer une vie!

Au final, c’est quoi la moyenne d’âge des partenaires que tu as rencontré ?

J’ai rencontré principalement ceux qui étaient dans ma cible. J’ai néanmoins fait deux exceptions pour des mecs de 38 ans, car je me suis dit que c’était dommage à 1-2 ans près de passer à côté de quelqu’un de bien…

Mais les mecs approchants de la quarantaine sont encore trop mystérieux/compliqués/en crise pour moi, donc je suis vite revenue à ma cible première.

Est-ce que tu y as trouvé des partenaires en couple ou mariés ? est-ce que ça t’a gêné ?

Oui ! Mais généralement les gens l’annoncent lors des premiers échanges par écrit. J’ai trouvé cela plutôt honnête dans l’ensemble.

Donc non cela ne m’a pas gêné au contraire. Je pense qu’il en faut pour tout le monde donc aucun souci. De mon côté, cela me permet de leur préciser que je ne suis pas intéressée et chacun gagne du temps.

Est-ce qu’il y a un test de compatibilité à l’inscription, et qui te permet de trouver plus facilement des personnes à ton goût ?

Non

As-tu vécu une situation cocasse dans une rencontre par ce site ?

J’ai souvent eu affaire à des personnes polies, courtoises, ponctuelles, agréables et intéressantes. c’est donc qu’il y a de l’espoir ! (Oui il faut venir avec un état d’esprit un minimum positif hein?)

Par contre, il est arrivé qu’un mec se soit emballé dès le 1er verre. Il m’a insultée/menacée (longuement) car je n’ai pas voulu d’un second rendez-vous. Bon 1 seul cas négatif, je n’en ferai donc pas une généralité.

Mais il faut retenir une chose : faire son premier rendez-vous dans un lieu public, et ne pas indiquer précisément notre domicile ou lieu de travail.

Est-ce que l’inscription est gratuite ou payante pour Tinder et AdopteUnMec ?

J’ai choisi ces sites pour 2 raisons : leur popularité (donc beaucoup de choix), et la gratuité (sans limite d’options). Adopte un mec est payant seulement pour les hommes.

Est-ce que ces sites sont disponibles seulement sur le web ou sur mobile ?

AdopteUnMec est disponible sur le web et sur mobile.  Tinder est seulement disponible sur mobile.

Sur les versions mobiles, l’avantage est la géolocalisation. Cela fonctionne plutôt bien.

Avais-tu testé d’autres sites avant celui-ci ? 

Non

Recommanderais-tu ces sites à un ami et dans quel cas les conseillerais-tu ?

Oui, et j’en fais régulièrement de la pub à mes amis. Peu importe le site d’ailleurs, car en ce qui me concerne, je me suis bien marrée.

Et c’est comme pour la française des jeux : 100% des gagnants ont déjà tenté leur chance !

Est-ce que les histoires résultant de rencontres sont plus longues sur un des deux sites ? 

Sur AdopteUnMec, tu peux indiquer ce que tu recherches (interim, cdd, cdi) donc il y en a pour tout le monde. A savoir que certains petits malins indiquent rechercher un cdi, alors que pas du tout, mais c’est vrai que ça fait mieux sur le papier, ça fait rêver les filles 😉

Sur Tinder, je pense qu’une grande majorité ne se rencontrent même pas, il s’agit juste de voir combien de personnes viennent « liker » ta photo, et l’égo est regonflé. Pour ceux qui franchissent le cap sur Tinder, étant donné qu’il y a peu d’échanges avant la rencontre, on arrive au premier rendez-vous et personne ne s’est encore dit ce qu’il cherchait.

Et comme les amis des amis des amis couchent tous avec quelqu’un sur Tinder, cela à amené cette idée que ce site était fait pour les relations courtes. Je sais que ça marche aussi en invitant des inconnus sur Facebook donc bon….tout site est bon pour des rencontres courtes à mon avis!

As-tu eu de longues histoires qui ont commencé par une rencontre sur un des sites ?

J’ai eu des relations de 2-3 mois à deux reprises, c’est pas très long, c’est pas très court.

Depuis quelques mois j’ai trouvé quelqu’un qui me plaisait beaucoup. Nous sommes en contact régulièrement, mais il semble allergique/pas prêt/pas j’ai pas tout compris pour être en « couple ».

As-tu rencontré le grand Amour sur un de ces sites ?

Non. Mais je connais des potes de potes qui, suite à un rendez-vous sur un site de rencontre, sont mariés et ont eu des enfants…. ben j’attends mon tour alors !

T’es tu fait des potes que tu revois toujours à l’heure actuelle ?

Oui, c’est arrivé. Mais que je revois toujours, non. Enfin si, celui qui me plait beaucoup mais je ne sais pas dans quelle catégorie le placer.

Aurais-tu une dernière remarque concernant l’utilisation de ces sites de rencontres ?

Oui ! Je vois une énorme différence entre l’utilisation d’un site à Paris et dans une petite ville (avec utilisation de la géolocalisation).

Le fait d’avoir un choix quasi infini à Paris incite les gens à ne pas insister, ne pas creuser, ne pas « liker », car l’idée est toujours que l’on trouvera mieux sur le profil suivant.

Les rendez-vous peuvent être enchainés, mais finalement personne ne donne sa chance à l’autre.

Ayant testé dans une petite ville, le choix est très restreint, et un profil sur lequel on hésite un peu, finalement on accepte de lui parler et cela peut être une super découverte.

Bref, pour cela nous n’y pouvons rien, trop d’offres à Paris !

Anna, merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions

Merci Sandrino

2 Commentairs

  1. Bonjour,
    interview sympa, mais qui enjolive beaucoup (trop…?) la réalité des sites de rencontres
    car la réalité peut être très différente selon le contexte social
    cela joue dans la manière que l’on a d’appréhender les sites de rencontres et de vivre les vicissitudes de ces derniers

    la personne interviewée, femme trentenaire plutôt épanouie aussi bien professionnellement que socialement, vivant à Paris… et je ne suis presque pas étonné que l’expérience lui ait plu

    ce serait comme interviewer un trentenaire homme, vivant à Paris et ayant réussi, pour lui, l’expérience se transformera rarement en désastre du fait d’un rapport à l’échec qui n’est pas le même que pour le petit mécano de banlieue

    Ensuite le nombre, mais surtout le fait que la taille de la ville jouerait un rôle
    Selon moi Paris ou Aurillac, même combat
    C’est une question de ratio, le nombre d’homme est diminué dans une petite ville, le nombre de femme aussi, les hommes étant supérieur en nombre, c’est de ce déséquilibre que naît pour moi le problème
    ce déséquilibre faisant que les femmes, du fait d’une plus grande sollicitation revoient souvent leurs exigences à la hausse
    si à cela on ajoute le fait que plus une femme vieillit et plus son coup de foudre devient exigeant alors pas sur que le petit mécano ait plus sa chance
    autrefois oui, mais internet aidant, même la petite banlieusarde cherche à Paris

    • Bonjour Julius,

      merci pour ton commentaire dont j’ai trouvé l’analyse intéressante.

      Etant donné que c’est l’interview d’une seule personne, c’est un point de vue restreint et qui ne représente pas l’expérience de chacun.

      Elle permet néanmoins de voir que si on a moins de choix, on accepte plus facilement une rencontre que lorsque l’on a beaucoup de choix. J’ai une autre amie qui m’avait dit la même chose. Un profil qu’elle avait vu sur Tinder à Paris et qu’elle n’avait pas « liké » revu en vacances dans une « petite » ville et qu’elle avait finalement liké et rencontré.

      Tu as raison sur le fait que l’on ne se limite plus à sa ville ou région et que l’on est amené à chercher sur des villes plus lointaines. Mais on privilégie néanmoins les applications du type Tinder car elles permettent de rencontrer quelqu’un qui est proche de chez soi. C’est l’objectif des sites de rencontres. Si on est à 800 km de distance, cela devient compliqué d’avoir une histoire, sauf peut être quand on est trentenaire, que l’on bosse et qu’on peut se payer des billets de trains réguliers pour aller voir son amoureux/amoureuse.

      Merci encore pour ton commentaire. Bonne journée.

      Sandrino

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here