Une bonne amie ou un bon ami, c’est quelqu’un qui sait écouter et consoler lorsque l’on ne va pas bien.

Lorsqu’une amie vous confie une peine de cœur (rupture amoureuse…) ou un chagrin plus important (deuil…), il vous revient donc la responsabilité et le privilège de l’écouter et lui remonter le moral.

Savoir écouter ses amis sans les juger pour mieux les consoler peut s’avérer délicat.

Cette responsabilité implique que vous soyez très attentif à l’état de votre ami afin de vous adapter à la situation et ainsi être de bon conseil.

Je débuterai cet article par des conseils généraux et terminerai sur des conseils utiles si vos amis connaissent des situations très difficiles.

Savoir écouter sans juger

Pour consoler une amie ou un ami, il faut donc savoir écouter. Le simple fait d’écouter votre ami parler de ses difficultés lui fera du bien. Au delà de cet aspect, il faut comprendre ce que ressent votre ami, et éviter de juger.

Il n’est pas toujours facile d’écouter sans juger. Pour cette raison, on ne peut pas tout dire à ses amis.

Nous avons tous nos modes de pensée et certains faits ne nous plaisent pas à entendre car ils peuvent être contraires à nos principes.

Si vous avez quelque chose à dire qui peut s’apparenter à une critique pour votre ami, ne le dites pas tout de suite.

Ce n’est pas facile mais vous devez toujours réfléchir à l’impact que votre réaction aura sur votre ami avant d’initier une remarque ou une critique qui pourrait le toucher.

Vous connaissez votre ami, sa susceptibilité, sa sensibilité, et la situation qu’il traverse. C’est donc à vous de juger de la pertinence de vos propos au moment opportun.

Ne pas détourner le sujet de la conversation à votre profit

Certaines personnes ont la fâcheuse habitude de détourner des phrases d’une conversation pour faire un parallèle avec leurs propres histoires et préoccupations.

Votre amie a une peine de cœur, vous rebondissez sur son histoire pour raconter la votre et ne plus écouter ce que ressent votre amie.

Faire le parallèle entre le problème que connait actuellement votre amie et une de vos expériences passées est une bonne chose seulement si votre objectif est de donner un conseil basé sur votre expérience.

Si l’objectif est de détourner la conversation pour parler de vous, vous n’êtes plus en train de consoler un ami, vous êtes en train de parler de vous.

Dans une conversation entre deux amis, chacun parle de ses histoires, c’est un échange et c’est bien normal. Mais si l’objectif de la conversation est de consoler l’autre, et selon l’état de votre ami, vous devez estimer s’il est opportun de parler de vous ou pas.

La situation est un peu différente lorsque l’on est en groupe.

Par exemple, j’ai connu une période difficile dans le passé suite à une rupture amoureuse.

Dans cette période, je passais régulièrement des soirées avec un groupe d’amis qui connaissaient tous des difficultés d’ordre sentimental. Je me souviens de ces soirées comme de bons moments.

Nous avions tous des préoccupations qui formaient notre point commun et qui nous permettaient d’en parler mais aussi de les oublier en écoutant ceux des autres.

Un peu comme une thérapie de groupe mais avec beaucoup d’humour et de second degré.

Ne pas chercher à consoler à tout prix

Vous écoutez votre ami et c’est déjà très bien. Mais vous ne dites pas toujours ce que vous pensez et c’est parfois justifié. Vos réactions visent à préserver la sensibilité de votre ami dans ce moment difficile.

Mais si vous pensez que votre ami se dirige vers de mauvais choix de vie ou se fait manipuler dans sa relation, vous ne devriez pas essayer de la consoler à tout prix.

Vous devriez lui dire ce que vous pensez. Pas obligatoirement sur un ton affirmatif, mais au minimum pour le faire réagir et réfléchir sur la situation.

Voici une image qui résume cette façon de penser : si un de vos amis donne des coups de tête dans un mur, allez-vous lui dire « oh mon pauvre, tu dois avoir mal » ou plutôt « arrête de te taper la tête dans ce mur, tu te fais du mal » ?

Votre rôle d’ami est aussi de conseiller, et la sincérité fait partie intégrante de ce rôle.

La décision finale vient à vos amis. Et vous savez parfaitement que lorsque quelqu’un a envie de faire quelque chose, elle le fait, même si vous lui conseillez de ne pas le faire…

Ce n’est pas important. Ce qui compte, c’est que vous ayez été sincère.

Vous êtes là pour aider votre ami à prendre les bonnes décisions ou au moins à l’aider à aller de l’avant et à ne pas reproduire certaines erreurs.

Mais attention, comme je le disais précédemment dans cet article, réfléchissez à l’impact que votre réaction aura sur votre ami avant de vous lancer.

Peut-être pourriez vous lui dire ce que vous pensez, mais un peu plus tard, lorsqu’il ou elle ira mieux.

Ne pas dramatiser la situation

Si la situation le permet, dédramatisez-la.

Expliquez lui que sa situation pourrait être pire et que la fin d’une histoire, dans un autre contexte, aurait été bien plus complexe à gérer. Ex : une rupture sans enfants est plus facile à gérer qu’une rupture avec des enfants.

Tenez également des propos optimistes et positifs. Dites-lui ce que vous appréciez chez elle  et pourquoi vous pensez que sa situation s’améliorera.

L’objectif est de lui faire oublier ses problèmes et lui permettra sans doute de trouver une issue positive dans la gestion de ses soucis. Si c’est dans vos cordes, sachez faire preuve d’humour.

Un ami qui sait vous faire rire alors que vous êtes triste, amène une légèreté bénéfique à la situation.

Lorsque je console une amie, j’évite de rentrer dans le mélodrame et d’ajouter un ton triste et négatif à la conversation. Je blague, je fais du second degré pour lui faire oublier son souci, si la situation le permet bien sûr.

Comment consoler ses amis dans une situation difficile

Parfois, l’humour et la légèreté ne sont pas de mise, notamment lorsqu’un ami rencontre un évènement majeur, un deuil par exemple.

Dans notre vie de tous les jours, on ne peut pas fermer les yeux sur certaines situations et faire l’autruche, notamment lorsqu’un ami perd un proche.

Théoriquement, on pourrait le faire. Ne pas appeler, ne pas prendre de nouvelles. Mais quel type d’ami serions nous alors ?

Et je ne parle pas simplement de nos meilleurs amis. On a tous des amis que l’on voit rarement mais qui sont des personnes que l’on apprécie et de qui on se soucie.

Ce type de situation est difficile à gérer car on peut ressentir la peine de l’autre et être touché par cette souffrance. Parfois cela nous rappelle de très mauvais souvenirs.

Malgré cela, on ne sait pas toujours quoi dire et comment se comporter en de telles circonstances.

Et lorsque l’on est gêné, on a tendance à utiliser des termes « banals », les premiers qui sortiront sans réfléchir comme par exemple : « je suis désolé » alors qu’on n’y est pour rien.

Il n’y a pas de manière parfaite de dire ce que l’on pense. Les mots sont bien entendus importants, mais plus que tout, ce seront surtout les gestes et les actions que vous entreprendrez qui feront la différence.

Et pour comprendre comment se comporter, il faut comprendre ce que ressent notre ami. Ce n’est pas seulement une immense tristesse. Quand on est dans une situation comme celle-ci, on se sent seul.

La simple présence d’un ami auprès de soi constitue alors un support important pour certaines personnes.

Le fait de se savoir entouré procure alors chaleur et réconfort.

Le fait de recevoir un petit message d’un ami qui nous dit qu’il pense à nous et qu’on peut le contacter si on a besoin de quoi que ce soit.

C’est cela qui est important dans ces moments difficiles.

Ce qui importe, au delà des mots, sera donc de montrer à votre ami qu’il n’est pas seul mais que vous êtes là, avec lui. Et que s’il a besoin de parler ou d’une quelconque aide, vous êtes là, pour lui.

Vous ne pourrez pas faire plus car la détresse est intérieure dans ces moments-là.

Il suffit parfois d’être simplement présent et disponible, même si vous ne savez pas quoi dire.

Sandrino

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here