Le regard des autres peut avoir un impact négatif sur notre vie au quotidien mais il a aussi ses côtés positifs. Il nous sert de repère, il nous motive et nous fait du bien. Le regard des autres est à double tranchant : il faut savoir l’accepter.

Cet article a été rédigé dans le cadre de l’évènement  À la croisée des blogs sur le thème  Le regard des autres qui est organisé  ce mois-ci par Laurence du blog Happy Soul.

La peur du jugement et du regard de l’autre

Adolescent, le regard de l’autre est quelque chose que l’on vit très mal. Il faut faire bonne impression et être apprécié dans cette période où l’on est en pleine construction de notre personne.

Mais même adulte, alors que l’on a gagné en maturité, le regard de l’autre pèse encore sur nous, tel un couperet qui s’apprête à tomber.

Lorsque j’ai démarré ce blog, je ne l’ai communiqué qu’à 4 ou 5 amis proches. Je n’ai pas de problème de confiance et pourtant, j’ai mis un an à en parler ouvertement et à publier mes articles sur les réseaux sociaux. Il m’a fallu un an pour assumer ce que j’écrivais…

« Que va -t-on penser de moi ? », « Est-ce que ce que j’écris va plaire ? », « Est-ce que je vais trop loin dans mes propos ? »…

A vrai dire, à chaque fois que l’on crée quelque chose, on s’expose aux critiques. C’est pour cette raison que beaucoup de personnes n’osent pas montrer leurs créations et les gardent pour elles. Et c’est bien dommage.

En dehors de cet aspect création, vivre sous le regard de l’autre au quotidien peut être difficile à gérer. On se met régulièrement une pression, pas toujours fondée…

Prenons un exemple : on participe pour la première fois à un cours collectif où on ne connait personne. On se sent mal à l’aise, on a l’impression que tout le monde nous regarde, nous analyse, nous juge : « Que pensent-ils de moi ? » .

Le plus difficile à gérer, c’est surtout le regard de personnes que l’on ne connait pas ou peu. Perdre la face devant un groupe d’inconnus, c’est une honte que l’on aura du mal à assumer.

D’autant plus si ces inconnus se connaissent et ont déjà une complicité. On se sent étranger à eux, on est l’Autre…

Certes, parfois on nous regarde, et il est possible que l’on nous juge mais ce n’est pas toujours le cas.

En fait, on ne sait pas ce que pense l’autre, alors à défaut de savoir, on s’invente une histoire, souvent à tort.

Le problème réside dans notre interprétation de quelque chose qui est incertain.

Il faut arrêter de se mettre une pression inutile. Non, tout le monde n’est pas en train de nous regarder, nous analyser ou nous juger à chacun de nos pas.

Nous sommes le personnage principal de notre vie, mais pour les autres, les inconnus, nous ne sommes qu’une personne parmi tant d’autres… Nous ne sommes pas si important, après tout…

Le regard que nos amis portent sur nous

En fait, les personnes auxquelles nous devrions être attentives, dans le regard qu’ils portent sur nous, ce sont nos amis.

Leur avis est important car ils nous connaissent bien et pas seulement à travers l’image que nous véhiculons.

C’est là où le regard de l’autre est important, car il nous permet de disposer d’avis extérieurs sur notre personnalité, notre vie, et surtout notre comportement.

Nos amis sont là pour tirer la sonnette d’alarme si quelque chose ne va pas dans notre vie, du moins, avec leurs yeux d’amis.

Certes, leur regard est parfois objectif, parfois subjectif mais nous-mêmes sommes rarement objectifs sur notre propre vie.

Il y a bien sûr des facteurs à prendre en considération.

D’une part, ce n’est pas parce qu’ils sont nos amis qu’ils ont raison ou qu’ils sont de bons conseillers. Leur regard est biaisé car il est basé sur leurs cultures et leurs valeurs qui peuvent différer des notres.

Et d’autre part, certains amis n’oseront jamais dire ce qu’ils pensent réellement à un ami de peur de le blesser.

Mais dans tous les cas, le regard qu’un ami porte sur nous est important car il va nous permettre de réfléchir et de faire un travail d’introspection : « est-ce qu’il y a du vrai dans ce qu’il m’a dit ? ».

Mais la première étape est d’apprendre à accepter la critique, si elle est fondée et constructive. Et donc ne pas nous braquer dès qu’un ami remet en question quelque chose dans notre vie.

C’est probablement ce qui est le plus difficile à faire. La remise en question de certains de nos choix. Mais c’est l’échange d’opinions sur un sujet qui fait avancer nos réflexions, quel que soit notre choix final.

Le besoin du regard de l’Autre

Nous vivons en communauté, nous créons des liens sociaux et notre vie est un ensemble d’interactions permanentes avec les Autres. On ne peut donc se passer du regard de l’autre.

On craint donc son regard et son avis sur nous. Néanmoins, on le recherche car on en a besoin.

On veut se rassurer, s’intégrer alors on essaie de plaire. Et quand on y arrive, cela nous fait du bien. A notre moral, à notre estime et à notre confiance.

Vouloir plaire et séduire, c’est une source de motivation qui peut nous aider à devenir une meilleure version de nous : plus beau, plus fort, plus intelligent…

Mais il y a deux choses qu’il ne faut pas oublier :

  • Plaire par la seule apparence, c’est négliger notre développement personnel
  • A force de vouloir plaire, on finit par s’oublier

Il faut du temps et de la maturité pour savoir apprécier à sa juste valeur le regard de l’autre, trier le bon grain de l’ivraie, et ne pas s’y perdre…

Sandrino

Je m'appelle Sandrino. Je suis sophrologue et coach en relations amoureuses depuis 2012. J'aide des femmes et des hommes de tout âge à mieux vivre leurs relations amoureuses et personnelles.J'ai connu de nombreuses histoires et de nombreuses ruptures douloureuses. Je suis maintenant en couple depuis 10 ans et l'heureux papa d'un bébé de 2 ans.

3 Commentairs

  1. Bonjour Sandrino et merci pour cet article positif !

    Une notion m’interpelle dans tes propos : le regard des inconnus ne sert pas car ils n’ont pas la connaissance nécessaire pour pouvoir juger alors que le regard des amis ne sert pas non plus car ils sont biaisés.
    Voilà un difficile paradoxe que tu soulignes bien… Regard partiel et partial et pourtant indispensable à la construction de soi.

    Merci de ta participation !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here