« Si vous souhaitez paraitre intelligent dans une soirée, ne parlez-pas. Ecoutez ». C’était le conseil d’un professeur de communication lors d’un cours à l’université.

Ce conseil m’avait fait sourire à l’époque.

C’est seulement quelques années plus tard que j’ai compris l’importance de ce conseil.

Savoir écouter

Il y a cinq ans, j’ai participé à un diner d’étudiants d’un MBA auquel venait de s’inscrire un ami. La soirée mêlait les élèves de la dernière promo du MBA et la nouvelle promo.

Je ne connaissais que mon ami et me suis retrouvé à table au milieu de parfaits inconnus.

Quand je suis avec mes potes, je suis un beau parleur. Mais lorsque je suis en présence d’inconnus, je préfère écouter les conversations et poser des questions pour apprendre à connaître mes interlocuteurs. C’est la richesse de ces conversations avec des inconnus.

J’ai donc fait connaissance avec mes voisins de table en les écoutant et en posant quelques questions.

Au bout d’une heure de conversation, une fille, qui parlait peu depuis le début de la soirée, cherche à en savoir plus sur moi. Elle me dit qu’elle me trouve intéressant car je m’intéresse aux autres !

J’ai trouvé sa remarque surprenante et agréable.

Elle avait mis le doigt sur une situation dont on ne parle pas mais que l’on ressent : trouver sympathique quelqu’un qui nous écoute.

Poser des questions

Dans le cadre de mon activité professionnelle, je suis amené à changer régulièrement d’entreprise.

Je rencontre donc de nouveaux collègues et de nouveaux chefs.

Un ancien collègue m’a fait remarquer que j’avais toujours de bonnes relations avec mes chefs, même avec ceux qui avaient des caractères difficiles. Je me suis donc demandé ce qui faisait cette différence.

Voici un premier exemple qui concerne un chef bougon et peu apprécié à cause de son franc parler.

Je n’ai jamais été rebuté par le franc parler. La première barrière est abattue.

A chaque déjeuner, à la cantine, il ne parle que de travail. Personne ne l’écoute vraiment. Je  lui demande alors s’il a une passion. Ses yeux brillent. Il est passionné par les livres de science fiction. Il en a des centaines chez lui !

J’aime lire mais Je ne connais pas les classiques de SF. Je lui demande donc quelques conseils de lectures. Le lendemain, il me demande de venir dans son bureau et me fait une liste  de 50 livres !

Depuis cette question et mon intérêt pour sa passion, il est devenu avenant et sympathique avec moi. Ce n’était pas mon intention mais notre relation a évolué de manière positive.

Cette sympathie, elle est devenue réciproque. Il avait ses défauts mais aussi ses qualités, comme nous tous.

Les cons, les méchants, et les égoïstes existent. Vous les retrouverez dans toute entreprise.

Mais ne vous méprenez pas sur les personnalités peu avenantes à première vue.

Nous avons tous un bon fond et il faut savoir aller au-delà des apparences pour briser la glace et passer d’une relation impersonnelle à une relation personnelle.

Faire preuve d’humilité

Marco Verratti est un jeune joueur Italien du Paris Saint-Germain. Il est arrivé dans ce club la même année que Zlatan Ibrahimovic qui est connu pour son talent, mais aussi pour son tempérament et son franc parler.

Voici un extrait d’une interview accordée au magazine So Foot :

« Ibra est quelqu’un de très exigeant, et ça dépend de comment tu le prends en fait. Tu sais que s’il te dit quelque chose, il va te le dire à sa façon. Et si tu ne le connais pas, tu te dis que c’est fou. Moi, chaque fois qu’il me crie dessus ou qu’il agite les mains, j’écoute le fond de ce qu’il dit. »

Marco ne garde que le fond du propos, la seule chose qui lui soit utile. Il veut progresser et il sait qu’il doit écouter pour s’améliorer. Il ne s’intéresse donc pas à la manière de dire les choses.

Il se débarrasse ainsi de la partie négative des propos qui pourrait toucher son orgueil. Il fait preuve d’écoute mais aussi d’humilité.

Conclusion

Savoir écouter, poser des questions, faire preuve d’humilité, ce sont les clés de bonnes relations.

Je ne vous promets pas qu’en agissant ainsi, vous serez apprécié de tous. Non. Il y aura toujours quelqu’un qui ne vous aimera pas et il faut l’accepter.

Mais même si certaines personnes sont plus difficiles à gérer que d’autres, notre comportement est important et peut influer sur le résultat de la relation au global.

Nous avons notre part de responsabilité dans toutes nos relations, dans leurs succès comme dans leurs échecs.

Tout est basé sur la communication et une écoute attentive. Une écoute qui ne juge pas et qui permet de mieux comprendre ce que pense l’autre.

Et comme disait Goethe : « Parler est un besoin, écouter est un art »…

N’hésitez pas à réagir, commenter ou partager cet article si vous l’avez apprécié. Merci.

Sandrino

4 Commentairs

  1. Hello Sandrino 🙂

    Merci pour cet article un peu philosophique et très intéressant. Ce que tu affirmes se rattache au final un peu (voire beaucoup) au principe de réciprocité. Selon celui-ci il faut écouter avant d’être écouté, il faut être convaincu pour pouvoir convaincre etc…

    J’ai également lu il y a quelques temps ce que tu évoques en début d’article (je ne me rappelle plus où par contre). Si vous voulez laisser une bonne impression, laissez la personne parler, écoutez la, elle aura alors le souvenir d’une bonne soirée, d’avoir passé un bon moment avec quelqu’un de sympathique.

    Attention bien sûr à ne pas rester 100% passif : de 1 c’est barbant, de 2 je préfère personnellement les gens qui agissent (donc poser des questions est un plus, par exemple).

    En tout cas merci pour ton article 😉

    Jérôme

    • Merci Jérôme !

      totalement d’accord avec toi sur la passivité. Poser des questions, s’intéresser aux autres, à ce qu’ils sont, c’est une approche beaucoup plus enrichissante.

  2. Super article Sandrino,

    J’aime beaucoup ta manière d’écrire.

    Le style est vraiment fluide et personnel, le message passe super bien.

    Comme tu dis, s’intéresser aux gens est une compétence précieuse.

    Dans le vacarme ambiant quand on rencontre quelqu’un qui prends le temps d’écouter, de reconnaître l’existence d’autrui au milieu du bruit, ça le démarque automatiquement.

    Merci pour ces lignes de fraîcheur.

    À bientôt !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here