Parfois, on a la peche et tout nous réussit. Parfois on se sent vidé, déprimé et incapable d’avancer.

Voici 6 conseils pour mieux vous connaître, retrouver de l’énergie et vivre une vie qui vous rendra plus heureux.

Cet article a été rédigé dans le cadre de l’évènement  À la croisée des blogs sur le thème  Gérer son énergie qui est organisé  ce mois-ci par Julien du blog Un monde pour les introvertis.

1) Alimentez-vous correctement

Votre corps est une machine. Vous l’alimentez quotidiennement avec des boissons et de la nourriture.

Selon la quantité et qualité de cette nourriture que vous donnerez à votre corps, votre rendement ne sera pas le même, et votre mental en sera affecté.

En dehors de problèmes de santé à long terme, ce qui dépasse le cadre de cet article, manger de manière saine et équilibrée vous permettra de disposer de votre corps et de votre esprit de façon optimale pour vos activités.

Un exemple inverse : un soir, je mange trop et trop gras. Conséquence : je dors mal et je me lève fatigué et de mauvaise humeur le jour qui suit. J’ai moins d’énergie, je ne suis pas en forme et mon mental n’est pas au top (surtout si j’ai bu un verre de trop).

Il y a un lien de causalité entre la nutrition et votre rendement mental et physique. Votre énergie est donc dépendante de votre alimentation.

Et quand je parle d’énergie, je parle de « bonne » énergie, celle où vous êtes en forme, pas celle où vous vous trainez au bureau et où vous subissez votre journée.

Il faut bien sûr savoir se faire plaisir avec la boisson et la nourriture mais cela doit rester une exception et non pas une pratique quotidienne.

2) Pratiquez une activité physique

Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec votre corps, votre énergie en sera affectée négativement. Il est donc important de pratiquer une activité physique de manière régulière, idéalement 2 fois par semaine. Vous pouvez pratiquer un sport ou une danse, à votre convenance.

Attention : pour que cela fonctionne, c’est à dire afin que vous soyez régulier et que cela vous soit bénéfique, vous ne devez pas pratiquer une activité par obligation ! Vous devez pratiquer l’activité qui vous donne le plus envie et qui vous fait le plus plaisir.

Ne vous enfermez pas dans un corps qui ne vous convient pas. Osez vous bouger et changez la donne. Cela peut être un effort les premières fois mais vous verrez que le jeu en vaut la chandelle quand vous serez mieux dans vos baskets.

Personnellement, quand je ne fais pas de sport, je me sens régulièrement fatigué et je dors mal. A contrario, je dors mieux quand je pratique régulièrement un sport. Et j’ai remarqué que j’avais énormément d’énergie tous les lendemains de jours de sport (je pratique un art martial : le hapkido).

la pratique d’une activité physique n’est pas seulement bonne pour l’énergie, elle l’est aussi pour la confiance en soi.

3) Prenez conscience de votre rythme et de vos limites

Nous avons tous nos propres spécificités. Il y a les calmes, les dynamiques, les introvertis, les extravertis, ceux qui ont besoin de 5 heures de sommeil et ceux qui ne peuvent vivre correctement sans 10 heures de sommeil.

En bref, nous sommes tous différents et ce qui s’applique à l’un ne s’appliquera pas forcément à l’autre.

Exemple 1 : si vous êtes très dynamique et que l’on vous impose une cadence lente, vous finirez par perdre de l’énergie et vous vous fatiguerez plus vite.

Exemple 2 : Quand je cours, je remarque qu’en dessous d’une certaine vitesse, je me fatigue plus. Il faut que je coure à une vitesse supérieure pour être plus performant. Nous avons un rythme, une capacité à endurer des efforts physiques et psychiques et il faut que nous l’utilisions à ce niveau pour être performant. Au dessus, on peut le faire mais en temps limité. en dessous, on devient moins performants et on s’use plus à se ralentir qu’à aller à notre niveau de croisière.

Afin d’éviter cela, il faut que vous connaissiez votre rythme de vie, vos besoins en sommeil, en activité physique (voir paragraphe précédent), et surtout vos limites.

Et connaître ses limites, c’est aussi savoir limiter ses activités pour ne choisir que celles qui sont les plus importantes à vos yeux. Car à vouloir faire trop de choses, on s’éparpille, on s’épuise et on les fait moins bien.

Il vaut mieux réduire ce qu’on fait au plus juste de nos envies et nous recentrer sur nos priorités de vies. Cela permet de trouver du temps pour se retrouver, faire des choses simples comme voir ses amis, sa famille ou prendre du temps avec son partenaire.

Se limiter ne signifie pas être limité. Vous pouvez également améliorer votre niveau d’énergie en améliorant vos limites.

4) Améliorez vos limites

J’ai parlé de niveau de croisière et de rythme. Ce rythme peut être amélioré.

Mais afin que l’amélioration soit bonne, il faut respecter les mêmes principes qu’au sport : il faut progresser pas à pas pour ne pas se blesser.

Si vous commencez la musculation et que vous essayez de soulever une charge beaucoup trop lourde pour votre physionomie le premier jour, cela pourrait être votre premier et dernier jour de musculation de l’année.

Si vous souhaitez préparer un semi-marathon et que vous n’avez jamais couru, vous commencerez par de petites courses et vous allongerez la durée au fur et à mesure du temps et de vos progrès.

C’est exactement la même chose pour l’énergie. Il faut du temps et progresser pas à pas.

Pour améliorer notre capacité ou rythme, il faut essayer de faire un peu plus de choses que ce dont on se sent capable en temps normal. Cela permettra également de mieux connaître vos limites.

Je m’explique via un exemple personnel que j’avais déjà relaté dans l’article Mon astuce pour gagner du temps.  En voici un résumé : j’étais habitué à me lever tard tous les week-ends. Je pensais que j’en avais besoin pour récupérer de ma semaine de travail. Mais malgré le fait que je me levais à 11h ou 12h, je me sentais encore fatigué. Je pensais que c’était lié au fait que j’avais du mal à m’endormir le soir.

Il y a quelques années, j’avais besoin de plus de temps pour mes projets personnels. J’ai décidé de me lever tous les week-ends à 8h30. Résultat de l’expérience : je me sentais moins fatigué (probablement car je me levais à une heure plus proche de mon horaire de semaine), j’ai découvert ma « créativité du matin », et je m’endormais beaucoup plus facilement le soir.

On ne peut pas connaître ses limites si on ne les teste pas. Dans mon cas, j’ai décidé de passer de 11h à 8h30 mais j’aurai très bien pu le faire par palier en réduisant mon sommeil de 30mn chaque semaine.

Chacun fait comme il le sent : vous êtes maitre de vos changements et des améliorations dans votre vie.

Et à propos de changements dans nos vies. Parlons de notre entourage.

5) Séparez-vous des gens qui vous épuisent

Nous sommes liés mentalement à notre entourage. Entourez-vous de personnes positives et dynamiques, vous tendrez vers un comportement positif et dynamique. Entourez-vous de personnes négatives et amorphes, et ils vous tendront irrémédiablement vers le bas.

On ne choisit pas notre famille mais on peut choisir nos amis. N’ayez pas peur de vous séparer des personnes qui vous prennent trop d’énergie ou ont un impact négatif sur votre vie.

Je ne parle pas là d’amis qui ont besoin d’aide lorsqu’ils rencontrent épisodiquement un problème. Ce qui nous arrive à tous à un moment ou un autre. Mais plutôt de ceux qui pompent littéralement et en permanence l’énergie de ceux qui les entourent.

Si vous êtes affectés négativement par une personne de votre entourage, vous devriez arrêter de la voir.

Sachez vous entourer des personnes qui vous permettront d’avoir plus d’énergie positive et d’atteindre un équilibre dans votre vie.

6) Choisissez une vie qui vous plait

Certaines personnes disposent de peu d’énergie, non pas à cause de leur nature, mais parce qu’elles vivent une vie qu’elles n’aiment pas.

On a plus d’énergie lorsque l’on fait quelque chose qui nous plait et qui nous passionne.

Certaines personnes n’essaient pas de changer leur vie car elles pensent qu’il est difficile de changer. Et de nos jours, on a tendance à être impatient. On veut tout, tout de suite, du bonheur sans attendre, sans efforts.

Mais lorsque l’on souhaite changer pour une vie meilleure, cela ne doit pas être perçu comme un effort mais comme un plaisir.

Alors si vous vous sentez vidés, si vous sentez que vous subissez votre vie, que vous manquez d’énergie, faites une analyse de ce qui est positif et négatif dans votre vie, et préparez-vous à changer ce qui vous pénalise.

Ne le voyez pas comme un effort mais comme un investissement sur votre futur bonheur.

Votre boulot vous stresse, vous avez 3 heures de trajet dans la journée, vous êtes épuisé: changez de boulot!

Vous n’avez pas assez de diplômes pour trouver facilement un autre boulot, demandez un congé formation.

Votre petit ami est égoïste, négatif et vous tire vers le bas, quittez-le.

Ne pas avoir d’énergie, se sentir vidé n’est pas une fatalité, c’est une conséquence de vos choix de vie.

Non, vous n’avez pas à subir votre vie. Vous avez le choix de changer, de vivre mieux, une vie qui vous ressemble plus, où vous serez plus heureux et qui vous redonnera le sourire et le plein d’énergie positive.

Vous avez un conseil, une remarque concernant cet article ? N’hésitez pas à le partager en commentaire. Merci.

Sandrino

Je m'appelle Sandrino. Je suis sophrologue et coach en relations amoureuses depuis 2012. J'aide des femmes et des hommes de tout âge à mieux vivre leurs relations amoureuses et personnelles.J'ai connu de nombreuses histoires et de nombreuses ruptures douloureuses. Je suis maintenant en couple depuis 10 ans et l'heureux papa d'un bébé de 2 ans.

13 Commentairs

  1. Bonjour Sandrino,
    Je découvre ton blog avec plaisir et ton article pertinent !
    Plus on avance dans l’article et plus c’est important de mon point de vue !
    Choisir une vie qui nous plait, ça comprend énormément de choses. Mais ne serait-ce que d’avancer chaque jour vers ce que l’on veut vraiment est déjà un grand pas.
    Se créer un bel environnement c’est facile, se détacher de personnes négatives, parfois beaucoup moins. Mais il faut savoir aussi faire avec !
    Sympa l’anecdote sur les heures du WE 😉

    Au plaisir !
    Dorian
    Plateforme Bien-être

    • Bonjour Dorian et merci pour ton commentaire 🙂

      Cela m’a permis d’ailleurs de relire à froid mon article et de corriger quelques coquilles.

      Se séparer de personnes de notre entourage n’est pas chose facile et j’avoue avoir été un peu trop drastique dans mes propos.

      Je le vois plus comme un changement de vie à moyen ou long terme, ou on va privilégier certaines personnes à d’autres qui ne nous ressemblent plus. Parfois, on le fait sans s’en rendre compte d’ailleurs.

      En ce qui me concerne, je n’ai pas autour de moi que des personnes positives mais j’arrive à les gérer et elles ne m’impactent pas négativement. En revanche, j’essaie de les motiver à se bouger et à penser différemment. Ce qui n’est pas toujours chose facile 😉

      J’ai parlé des personnes négatives mais j’aurais pu également évoquer les personnalités narcissiques ou égocentriques. Faut-il donner de sa personne à des personnalités qui reçoivent sans donner ? Cela pourrait être un sujet d’article…

      Bonne journée et à bientôt.

      Sandrino

      • Bonjour Sandrino,

        Question intéressante ! Faut-il donner de sa personne à des personnalités qui reçoivent sans donner ?
        Dans la même veine : Peut-on donner son amour à tout le monde ?

        La réponse empreinte de sagesse dirait que l’amour est universel et inconditionnel et que nous y avons tous droit, quoi que nous fassions.
        Et les personnes qui font du mal ou qui sont très égocentriques sont justement les personnes qui en ont le plus besoin, bien qu’elles ne l’avoueraient pas.
        Donc oui, on peut donner de sa personne à chacun, à partir du moment où l’on reste pleinement soi-même et que l’on s’affaire à apporter un maximum de valeur autour de soi.

        Voilà mon point de vue en tout cas 🙂
        Au plaisir !
        Dorian

      • Merci Dorian !

        Ton commentaire m’a obligé à réfléchir 😉

        Il en ressort que même mes potes les plus égocentriques se donnent d’une manière ou une autre dans la relation que l’on a. Je les aiment et les acceptent comme ils sont. Ils sont juste moins généreux que les autres.

        Je partage totalement ta notion d’universalité de l’Amour. Maintenant, dans des périodes où tu n’es pas bien dans ta peau et où tu n’as pas la peche, il y a des personnalités qui vont te tirer vers le bas au lieu de t’aider à te relever. Certaines personnes sont très sensibles et ont plus de mal à s’en tirer seuls. Pour ceux là, il vaut mieux qu’ils s’entourent de personnes positives et bienveillantes.

        Bonne journée.

        Sandrino

  2. Boujour Sandrino,
    Merci pour ton article que j’ai lu avec grand plaisir ! Validé pour la Croisée des blogs ! 🙂
    Il a plusieurs choses qui me parlent beaucoup dans ton article.
    D’abord, le fait que chacun de nous est différent et a des besoins différents. L’image de la course à pied est parfaite : il y a un rythme de course idéal… dans mon article de participation à la Croisée des blogs j’ai appelé ça le « seuil optimal de stimulation » :-)). En-dessous aussi bien qu’au-dessus, on se fatigue.
    Après, chacun ces limites sont non seulement variables d’une personne à l’autre, mais on peut les influencer, les faire bouger, avec de l’entrainement, de la volonté. J’aime bien aussi, comme Dorian, l’image de la grasse matinée du samedi matin 🙂
    Et puis la manière dont on s’entoure, et la vie que l’on vit sont importants également.
    Merci encore pour ta participation, et à bientôt !
    Julien

  3. Salut Sandrino!

    Cool de lire ton article. J’ai apprécié le passage sur le rythme de croisière avec la visualisation du type qui court et qui est sous son rythme optimale. Je pense qu’il y a beaucoup de ça dans la vie.

    Je rajoute quelques inputs. Important, ils fonctionnent pour moi. Cela ne signifie pas qu’ils fonctionnent pour toi ou les lecteurs. Important de tester.

    1) Déconnection. Je ne me connecte pas avant midi et je me déconnecte 30 minutes avant d’aller au pieu
    2) Rythme régulier, week-end y compris. Beaucoup ont une semaine tranquille et ils balancent la sauce le week-end. Cela fait longtemps que je ne suis plus allé au lit après 1 heure le week-end. Car j’ai plus ce besoin de fêtes enflammées, etc etc. Donc cela nécessite de revoir pas mal de truc (rencontre sans alcool, dans d’autres environnements, ) mais c’est très cool sur le long terme.
    3) DO LESS -> vivre avec moins d’habits à choisir et repasser, moins de meubles à nettoyer, moins de livres que l’on ne lit jamais mais que l’on dépoussière et qui prennent de la place. J’ai fait le grand nettoyage lorsque j’ai quitté mon dernier appart.

    Et cette mentalité du DO LESS, rejoins ton point sur les gens qui épuisent 😉

    My 2 cents!

    PS: Freeletics m’apporte beaucoup d’énergie!

  4. Salut Julien,

    merci pour tes conseils 🙂

    concernant le le rythme, idem de mon côté. Moins d’alcool et moins de soirée tardive pour être plus frais le lendemain. Mais les potes font tout leur possible pour que je reste plus tard 😉

    Je ne connaissais pas Freeletics, je n’en ai pas besoin mais je vais probablement écrire un article sur mon autre site http://bougetonq.com car ça colle à la thématique de la communauté sport !

    Bon week-end !

    Sandrino

  5. Bonjour Sandrino,
    Je trouve cet article très intéressant. Notre société nous impose parfois un rythme qui n’est pas le notre et il est important de savoir s’adapter sans le subir. J’ai mis un certain temps pour trouver mes rythmes. S lever tous les jours à la même heure m’a permis de régler mon rythme circadien. A la suite de quoi je prenais attention aux heures de la journée où je me sens fatigué (bâillement) et moment où je me sens à l’aise et efficace. J’ai noté ces heures sur un tableau pendant 15j. Cela m’a permis de découvrir que les moments de faibles énergie apparaissaient toujours au même moment et pareil pour les moment de haute énergie. Cela correspond en fait à ce que l’on appelle les rythmes ultradiens d’environ 90 minutes. J’ai ainsi pu organiser mes journées en fonction de ce rythme et réaliser les taches qui me demandaient le plus d’énergie au bons moments de la journée et de faire des taches plus mécaniques (sans trop de réflexion) au cours des périodes de basse énergie. Tu as raison de mentionner que le sport est important car il augmente l’amplitude de ces rythmes ultradiens. Je n’hésite pas également à faire des micro-sieste pendant les périodes de faible énergie (10 minutes), ce qui permet d’être encore plus opérationnel dans les phases de hautes énergie.
    Merci encore pour ce partage,
    A bientôt
    Thierry

    • Bonjour Thierry et merci pour ton commentaire 🙂

      Je ne connaissais pas le concept des rythmes ultradiens. En revanche, j’ai remarqué que lorsque j’avais peu d’énergie pour réfléchir (certains matins au lever par exemple), j’étais néanmoins créatif pour composer une mélodie. Comme si mon esprit vagabondait plus facilement et que c’était le bon moment pour créer quelque chose. Je ne sais pas si cela pourrait s’appliquer dans d’autres domaines comme l’écriture par exemple, qui demande plus de réflexion.

      Bonne journée et à bientôt.

      Sandrino

  6. bonjour je n arrive pas a me remonter, plus d energie j ai lu vos conseils j ai l impression d e tre sous une cloche et de ne plus avançer

    • Bonjour touret,

      je ne l’ai pas évoqué dans l’article (hormis dans le paragraphe 6) mais notre manque d’énergie est souvent liée à une situation qui nous pompe de l’énergie. Cela peut être une situation difficile, des incertitudes au sein de notre couple ou à notre travail, bref, un environnement défavorable.

      Le moyen pour retrouver de l’énergie est donc d’identifier ce qui ne va pas et essayer de trouver une solution à notre problème. Bien entendu, la solution dépend du type de situation que tu rencontres dans ta vie.

      Sandrino

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here