Une histoire d’Amour, c’est comme un boulot…

Souvenez-vous de votre premier boulot.

Vous n’aviez pas d’expérience. Vous faisiez des erreurs, vous n’étiez pas très performants et ne saviez pas gérer certaines situations.

Puis vous avez appris, vous avez progressé et vous vous êtes améliorés…

A un moment donné, vous aviez fait le tour de votre poste, vous avez eu envie de bouger et avez changé d’entreprise.

Vous y avez découvert que vos nouveaux collègues étaient différents, qu’on n’y travaillait pas de la même manière que dans votre précédente société.

Alors vous vous êtes adaptés. Vous avez changé de comportement et de méthode de travail pour réussir à être bon dans votre nouvelle fonction.

Au fur et à mesure de votre évolution dans des contextes différents, vous avez appris et progressé. Vous avez réussi à gérer des situations différentes, vous êtes devenus meilleurs.

Un boulot, c’est comme une histoire d’Amour…

Lors de notre première histoire d’Amour, on s’y prend mal. D’un point de vue sexuel mais aussi dans notre attitude, dans nos gestes, dans notre façon d’être.

C’est normal, on ne sait pas ce qu’on doit dire, ce qu’on doit faire dans certaines situations. On aime notre copine mais on lui fait la gueule pour une connerie. On est jaloux car on pense qu’elle nous appartient.

On n’arrive pas à gérer les tensions et à se faire comprendre car on n’a jamais eu à gérer ce type de contexte.

Il y en a qui s’en sortiront mieux que les autres lors de leur première relation, sans doute parce qu’ils savent mieux communiquer.

Mais généralement, on est mauvais…

C’est normal et on ne s’en rend pas bien compte au début. On ne se remet pas forcément en cause puisqu’on ne sait pas si on fait les choses correctement.

On n’a pas assez d’expérience et de recul sur la situation.

Ce n’est pas comme au boulot où on peut nous dire « non, ce n’est pas comme ça qu’il faut faire, tu as fait une erreur. Rectifie » et on y arrive mieux la fois suivante.

Cela ne se passe pas comme ça dans la vraie vie, dans nos relations.

Disons plutôt qu’on arrive à comprendre qu’on a déconné, que ce n’était pas la bonne manière de dire ou faire les choses mais que cela prend beaucoup plus de temps.

Cela nous prend du temps car notre orgueil est en jeu. Au boulot, si on se comporte mal, on peut être sanctionné. Dans une relation, on peut mal se comporter et continuer à être aimé de manière inconditionnelle.

Le fait d’être maladroit ou mauvais dans notre première relation est donc tout à fait « normal », d’autant plus que l’on ne sait pas encore qui on est (le sait-on vraiment ?) et ce que l’on veut  dans la vie  (on a des objectifs mais on en change très rapidement après la vingtaine…).

C’est au fur et à mesure des relations que l’on grandit, que l’on s’épanouit, que l’on apprend à écouter, communiquer et à devenir « un meilleur partenaire ».

Devenir un meilleur partenaire devrait être notre objectif principal.

Toute relation devrait nous servir d’expérience personnelle pour progresser et ne pas reproduire les erreurs commises lors de cette relation.

Exemple : si vous êtes extrêmement jaloux et que votre comportement a provoqué la rupture d’une longue relation, vous devriez comprendre que vous ferez échouer votre prochaine relation si vous gardez ce comportement. Vous décideriez donc de travailler sur vous afin de faire confiance en votre partenaire et en la choisissant selon ce critère de confiance (il y a des personnes qui nous inspirent plus confiance que d’autres…).

Cela s’applique dans le sens contraire. Si vous sortez avec quelqu’un de jaloux et que cela vous a pourri la relation, vous devriez éviter de sortir avec un mec ou une copine jalouse la prochaine fois.

Si on change, c’est pour quelque chose de meilleur.

Pourtant, je vois de nombreuses personnes qui reproduisent les mêmes erreurs. Elles sont dans une relation qui ne leur convient pas. Elles en changent pour revenir sur une autre qui ressemble à la première à cause de leurs choix.

L’expérience nous permet de ne pas reproduire ces erreurs.

Si vous les reproduisez, c’est que vous n’avez rien compris aux causes de vos échecs passés.

Un échec dans une relation n’est pas systématiquement lié à notre comportement (voir les causes de rupture) mais nous y avons souvent une part de responsabilité d’une manière ou d’une autre.

Lorsqu’on enchaine des relations insatisfaisantes qui se ressemblent, nous avons une part de responsabilité dans cet échec : celui d’avoir pris de mauvaises décisions ou celui de ne jamais se remettre en question (c’est toujours la faute de l’autre, n’est-ce pas ?).

Et ne me dites pas que l’on ne choisit pas la personne dont on tombe amoureux, c’est vrai lorsque l’on est jeune mais ce n’est pas une excuse quand on atteint la trentaine.

On ne peut pas être certain de prendre les bonnes décisions mais on peut faire tout notre possible pour éviter d’en prendre de mauvaises.

Quand on se fait quitter par quelqu’un, il faut comprendre ce qui est de notre responsabilité pour éviter de reproduire ce schéma.

Cela ne signifie pas que l’on va obligatoirement éviter les échecs puisque nous ne sommes pas responsable de l’intégralité de la relation.

Ce serait trop facile.

On ne peut pas dire non plus que les histoires d’Amour se suivent de manière linéaire et s’intensifient jusqu’à atteindre la relation parfaite.

Mais on peut personnellement faire en sorte de nous améliorer pour rendre nos futures histoires d’Amour plus fortes, plus belles et plus sincères que les précédentes.

Ne soyez pas responsable de vos échecs, devenez responsable de vos plus belles histoires d’Amour…

Sandrino

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here