12 conseils pour faire de bons choix dans votre vie

Chaque jour, vous devez faire des choix.

Vous devez prendre des décisions qui auront un impact dans votre vie.

Certains choix peuvent vous sembler anodins, comme aller ou pas à la salle de sport. 

D’autres choix seront plus importants, comme la décision de quitter votre conjoint ou celle de quitter votre entreprise pour vous reconvertir.

Mais il n’y a aucun choix anodin car chacun de vos choix aura un impact sur vous.

Chaque décision augmentera ou diminuera l’estime que vous vous portez et la confiance que vous avez en vous. 

Chaque décision modifiera l’image que vous avez de vous-même.

Vous devez donc faire de bons choix dans votre vie au quotidien. 

Alors, comment faire le bon choix ? Comment prendre la bonne décision ? 

Je vais vous y aider à travers 12 conseils.

Ils sont tous importants. N’en négligez aucun.

Et surtout pas les derniers car ils vous permettront d’assumer vos choix avec sérénité.

1) Suivez votre intuition

Mon premier conseil, c’est de suivre votre intuition. 

Car dans la plupart des cas, vous connaissez la bonne décision à prendre.

C’est à dire qu’au fond de vous, si vous êtes honnête avec vous-même, vous savez parfaitement ce que vous devriez faire. 

Mais vous n’osez pas prendre cette décision car vous avez peur des conséquences négatives de votre choix.

Par exemple, vous êtes avec quelqu’un qui vous rabaisse mais vous n’osez pas le quitter par peur d’être seul(e).

Ou vous n’avez plus de sentiments pour quelqu’un mais vous restez pour les enfants.

Ou si on prend un exemple plus simple : vous savez que vous devriez aller à la salle de sport de manière régulière car c’est bon pour votre santé mais vous préférez rester au chaud à la maison car c’est plus confortable.

Ce qui est important, c’est de ne pas vous mentir sur les raisons qui vous incitent à faire un choix plutôt qu’un autre.

Gardez toutefois à l’esprit que pour un choix donné, vous aurez toujours des raisons d’éviter de faire ce choix, même si vous savez qu’il est bon pour vous. 

Mais qu’est-ce qu’un bon choix ? 

Un bon choix, c’est un choix de liberté. 

C’est un choix qui vous élève, qui permet de vous donner plus d’estime et de confiance. 

Un choix où vous pouvez ressentir de la fierté à l’avoir fait, peut-être parce qu’il n’était pas facile.

Aucun choix n’est facile.

Faire le bon choix, c’est souvent faire le choix le plus difficile. 

Et on fait ce choix parce qu’on sait que c’est le bon choix. 

2) Faites le choix du coeur

Femme qui rêve d'un futur radieux

Mon deuxième conseil, c’est de faire le choix du coeur.

Le choix du coeur, c’est le choix opposé à celui de la peur.

Lorsque l’on a un choix difficile à faire, comme quitter un partenaire, refaire sa vie, déménager, quitter son boulot, se reconvertir, il est naturel de ressentir de la peur. 

Le souci, c’est que l’on se focalise sur les conséquences négatives de notre choix.

On se focalise sur ce que l’on perd et on anticipe notre futur de manière négative. 

Par exemple : et si je ne retrouve pas l’amour ? Que vais-je faire si je me retrouve seul(e) face à moi-même ? Et si je n’arrive pas à gagner de l’argent avec ma nouvelle activité ? 

On privilégie la peur, les doutes et l’incertitude à l’opportunité de vivre une vie où on se sentirait plus vivant(e).

Une vie où on se sentirait plus épanoui(e).

Mais pour savoir ce que l’on gagne, il faut prendre cette décision de quitter notre situation actuelle.

Pour cela, il faut écouter notre coeur et non pas notre peur.

Lorsque j’ai quitté le salariat pour devenir freelance, j’ai eu peur des conséquences de mon choix. 

Et si je n’arrivais pas à trouver des missions en freelance et qu’aucune entreprise ne voulait par la suite me réembaucher ?

Finalement, ce choix fût le bon.

Lorsque 5 ans plus tard, je me suis reconverti de mon activité de consultant sécurité en freelance (où je gagnais très bien ma vie) pour me lancer dans le coaching, j’ai également eu peur de prendre cette décision.

Et si je n’arrivais pas à gagner ma vie avec cette activité de coach ?

Cette peur, je l’ai ressenti à plusieurs reprises à cause de l’instabilité de mon activité. 

A de multiples reprises, je me suis demandé si je devais revenir dans mon ancienne activité.

J’y ai réfléchi et j’ai fait le choix du coeur et non pas le choix de la peur.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas écouter ses peurs.

Nos peurs sont là pour nous protéger des dangers.

Il convient d’écouter attentivement nos peurs.

Mais si on prend des décisions uniquement basées sur nos peurs, on finira notre vie dans les regrets d’être passé à côté de notre vie. 

D’avoir joué petit bras comme on dit dans certains sports.

Et nous ressentirons alors de l’amertume et de la tristesse.

En ce qui me concerne, j’ai écouté mes peurs car elles étaient des messagers importants.

Puis j’ai pesé le pour et le contre et j’ai pris une décision. 

Celle qui me paraissait la meilleure pour moi dans mon contexte et par rapport à mes objectifs de vie.

3) Soyez acteur / actrice de votre vie 

Femme qui prend sa vie en main

Mon troisième conseil est de devenir acteur et actrice de votre vie.

Qu’est-ce que cela signifie ? 

Tout simplement de prendre votre vie en main et d’avoir le courage de prendre des décisions, même si elles sont difficiles.

Cela consiste également à ne pas laisser les autres prendre vos décisions à votre place.

De nombreuses personnes disent : « je ne suis pas capable de… », « je n’y arriverai pas… » alors qu’elles sont malheureuses dans leur vie.

C’est comme si ce n’étaient pas elles qui prenaient les décisions de leurs vies.

Pour éviter cela, vous devez prendre la responsabilité de votre vie.

Vous n’êtes plus un enfant qui attend la approbation de ses parents.

Vous êtes un(e) adulte responsable.  

Sortez de la passivité et prenez des décisions fortes si vous pensez qu’elles sont bonnes pour vous.

4) Faites un choix basé sur le long terme

Mon quatrième conseil est de faire des choix basés sur le long terme.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Tout simplement que lorsque l’on fait face à un choix, on a tendance à privilégier le choix qui nous amène le plus de confort sur le court terme.

On privilégie le plaisir à l’inconfort.

Par exemple : vous avez terminé votre journée de travail, vous rentrez chez vous. Il fait froid, il pleut. Vous êtes fatigué mais vous aviez prévu une séance de sport. 

Préférez-vous rester tranquille à la maison et vous reposer ? Ou préférez-vous aller à la salle de sport ?

Ce choix peut paraître anodin mais c’est le choix qui représente le plus ce qui différencie quelqu’un qui choisit la facilité de celui qui fait des choix un peu moins confortable.

Sur le court terme, cela peut sembler anodin mais c’est sur le long terme que l’on perçoit les différences.

Celui qui choisit la facilité aura moins de volonté. Il sera moins fier de lui. Il aura moins confiance en lui. 

Et le jour où il subira une décision d’un autre, comme le fait d’être quitté ou licencié, comment trouvera-t-il le courage de se prendre en main alors qu’il a été habitué toute sa vie à éviter l’inconfort ?

Il y a une règle de vie à connaître et c’est celle-ci :

Le confort à court terme a un impact négatif sur le long terme.

L’inconfort à court terme a un impact positif sur le long terme.

Par exemple, à court terme, il est plus difficile de faire attention à votre alimentation et de faire régulièrement du sport.

Mais à long terme, vous avez un corps plus beau et une meilleure santé.

Et le contraire se vérifie. Si vous n’êtes pas attentif à votre alimentation, que vous cédez à tous les plaisirs à court terme et évitez la difficulté des séances de sport, cela aura un impact négatif sur votre santé et sur votre corps sur le long terme.

Cette règle s’applique dans tous vos choix de vie.

Dans votre vie professionnelle, vous pouvez faire le choix de rester 20 ans dans le confort d’une entreprise dans une activité qui ne vous passionne pas mais qui vous fait vivre. 

A court terme, vous êtes gagnant(e). Vous avez la sécurité. Vous êtes dans la routine, dans un confort.

Mais si un jour votre entreprise n’a plus besoin de vous et vous met à la porte, quelles sont vos ressources ? A quoi ressemble votre CV ? Avez-vous confiance en vos capacités à rebondir alors que vous n’avez jamais pris de risques depuis 20 ans ?

Alors que la personne qui s’est remise en question, qui est sortie de sa zone de confort pour apprendre, s’améliorer, gagner en compétences, affronter des défis aura plus de facilité à rebondir. 

Elle aura plus confiance en elle et son profil sera beaucoup plus attractif sur le marché du travail.

Prenons maintenant un exemple dans la sphère amoureuse.

Imaginons que vous vivez en couple depuis un grand nombre d’années mais que vous n’aimez pas ou plus votre partenaire. 

Vous avez le choix de rester avec lui car vous pensez que c’est difficile de refaire sa vie, qu’il vous faudra tout reconstruire, chercher un appartement, etc…

Vous pouvez donc privilégier ce choix de confort à court terme.

Ou bien, vous pouvez vous mettre dans l’inconfort et le quitter. Avec toutes les difficultés que cela suppose.

Sur le court terme, vous serez perdant. Vous serez seul et vous dormirez seul.

Sur le long terme, vous aurez gagné en autonomie, vous aurez gagné en confiance. Vous aurez fait des choix personnels qui vous auront permis de prendre plus de plaisir, de vous retrouver et de vous épanouir.

Et vous pourrez également retrouver quelqu’un et vivre une relation qui vous convient mieux que la relation précédente.

Mais 95% des gens choisiront le confort.

Ce n’est pas un jugement sur ce que vous devez faire ou ne pas faire.

Il n’y pas de jugement. Il y a seulement des conséquences à long terme.

On peut facilement imaginer que si vous restez avec quelqu’un que vous n’aimez pas. Ce partenaire ne se sentira pas aimé(e).

Et à un moment donné, il finira probablement par trouver cet amour ailleurs auprès de quelqu’un d’autre.

Et comme il se sentira plus heureux auprès de cette autre personne, il finira logiquement par vous quitter. 

Finalement, il aura pris la décision que vous ne souhaitiez pas prendre.

Donc, vous pouvez faire le choix de ne pas partir en pensant être plus en sécurité dans votre couple.

Mais c’est loin d’être le cas s’il n’y a plus d’amour entre vous.

Il est important d’en prendre conscience.

Dans le premier scénario, vous avez été proactif(-ve). Dans le second, vous avez subi le choix d’un autre.

Les conséquences sont à l’opposé. 

Dans le premier scénario, vous êtes autonome et vous avez fait des choix courageux. 

Dans l’autre, vous avez choisi la peur et le confort mais cela vous a amené au final à une situation beaucoup plus inconfortable que si c’était vous qui aviez pris la décision de partir.

Car vous avez totalement perdu confiance en vous. Et l’estime que vous vous portez est au plus bas.

Je cite cet exemple car je le rencontre chaque semaine dans mes coaching.

Ce n’est pas un exemple théorique. C’est une situation qui se produit tous les jours.

Vous ne pourrez rien obtenir dans votre vie en choisissant systématiquement la facilité.

Ceux qui réussissent dans leur vie, que ce soit dans la sphère personnelle, professionnelle ou amoureuse, sont ceux qui choisissent de faire des choix plus difficiles, qui choisissent souvent l’inconfort à court terme, pour vivre dans le confort à long terme.

Les choix à court terme amènent plus de PLAISIR à court terme.

Les choix à long terme amènent plus de BONHEUR à long terme.

A chaque fois que vous faites des choix difficiles, à chaque fois que vous prenez des décisions importantes et que vous le faites pour vous, pour votre épanouissement, pour votre bonheur, vous faites des choix dont vous pouvez être fier(e).

A chaque fois que vous faites des choix faciles, notamment des choix de passivité, vous subissez à long terme les conséquences de vos choix, et votre confiance et estime diminuent.

Ce sont vos choix et vos décisions qui ont un impact sur l’estime que vous vous portez.

Plus vous évitez l’inconfort, plus votre estime diminue.

Plus vous affrontez l’inconfort et vous bougez pour vivre une vie meilleure et cohérente avec vos objectifs de vie, plus vous êtes heureux sur le long terme.

5) Faites des choix basés sur vos valeurs

Mon cinquième conseil est de faire des choix basés sur vos valeurs.

Mais qu’est-ce qu’une valeur ?

Une valeur, c’est quelque chose qui est important pour vous.

Et le concept est simple : plus vous vivez votre vie en cohérence avec vos valeurs, plus vous êtes heureux.

Mais la majorité des hommes et des femmes ne connaissent pas leurs valeurs.

Et de nombreuses personnes ne vivent pas en accord avec leurs valeurs.

Par exemple, de nombreuses personnes disent que les valeurs « sincérité, honnêteté et fidélité » sont importantes pour elles mais elles vivent dans une relation d’infidélité depuis plusieurs années.

De nombreuses personnes disent que la valeur « famille » est plus importante que tout pour elles mais elles passent tout leur temps à leur travail et peu de temps avec leurs enfants.

On peut comprendre cette situation. On pense que gagner plus et travailler plus permet de pourvoir aux besoins de sa famille.

Mais si vous passez peu de temps en famille et travaillez pendant les week-end, est-ce la meilleure façon de prendre soin de votre famille ?

Car au-delà de l’aspect financier, les enfants ont surtout besoin de passer du temps de qualité avec leurs parents.

Ils ont besoin de se sentir aimés, appréciés, valorisés. Alors quand leurs parents leurs disent : « laisse-moi tranquille, je suis en train de travailler », alors que c’est le soir ou le week-end, ces enfants ont du mal à se sentir aimés…

Ce ne sont pas les mots qu’ils retiendront, ce sont vos actes.

En ce qui me concerne, je travaillais souvent le soir et le week-end. Cela avait un impact dans ma vie de couple.

J’ai donc décidé de ne plus accepter de coaching en soirée ou le week-end.

Par la suite, lorsque notre fils est né, j’ai encore plus restreint mes créneaux horaires.

Car je ne veux pas arriver à la fin de ma vie en me disant que j’ai gagné de l’argent, que je suis fier de ce que j’ai accompli mais… que j’ai négligé mon fils et ma compagne alors qu’ils sont ma priorité.

Mais vous pourriez tout à faire avoir d’autres valeurs et priorités que les miennes. 

Nous sommes tous différents. Chacun ses valeurs et chacun ses priorités.

De plus, la priorisation de nos valeurs change avec le temps.

Elles ne sont pas les mêmes selon notre âge, selon que nous soyons célibataire, en couple ou père/mère de famille.

Si vous souhaitez faire de meilleurs choix de vie, des choix qui sont bons pour vous et des choix dont vous pouvez être fiers, vous devez donc identifier vos valeurs, les hiérarchiser et procéder à un réalignement.

Voici une liste de valeurs que vous pouvez utiliser.

6) Pesez le pour et le contre de chaque option

Mon sixième conseil, c’est de peser le pour et le contre de chaque choix.

Mais pas de manière mentale et rapide, sans quoi ce sont vos émotions qui prendront la décision.

Vous devez identifier formellement et attentivement toutes vos options pour un choix donné.

Et vous devez procéder à cette analyse à l’écrit. C’est important pour pouvoir explorer efficacement toutes les options.

Ce travail à l’écrit concerne toutes les actions que je vous conseille aujourd’hui.

Le processus de décision doit se faire à l’écrit.

Le concept est simple : pour chacun de vos choix, vous devez identifier et lister vos options à l’écrit.

Ensuite, pour chacune de vos options, vous écrivez les avantages et les inconvénients de chaque option.

Vous devez faire preuve d’honnêteté envers vous-même dans cet exercice. Ne vous voilez pas la face en biaisant les réponses.

Le fait d’écrire toutes les conséquences positives et négatives pour chaque option vous permettra d’avoir des prises de conscience sur le choix qui vous paraît le plus approprié.

Mais ce n’est pas terminé.

Si vous souhaitez vraiment faire cet exercice de manière efficace, je vous recommande d’analyser chacune de vos réponses, et pour les conséquences négatives, d’identifier des solutions pour palier à ce négatif.

Par exemple, si votre choix porte sur le fait de rester en couple ou de quitter un partenaire toxique.

Imaginons que vous avez identifié comme conséquence négative de quitter votre partenaire le fait que vous ressentirez de la solitude ou que vous risquez de ne pas retrouver quelqu’un et rester seul(e) toute votre vie.

Vous pourriez alors identifier des solutions pour palier au problème ou pour minimiser l’impact du problème.

Par exemple pour la solitude, vous pourriez prendre en considération que vous avez un cercle d’amis et que vous vous sentirez moins seuls. Ils vous aideront à tenir le coup et vous soutiendront dans votre démarche.

Ou bien que vous vous créerez un nouveau cercle d’amis en vous inscrivant à des cours de danse que vous avez toujours rêvé de pratiquer mais pour lesquels vous n’avez jamais pris cette décision.

Concernant la peur de ne pas retrouver quelqu’un, vous pourriez analyser cette peur et prendre conscience qu’il n’y a pas de raison que vous n’arriviez pas à trouver quelqu’un dans le futur, d’autant plus si vous prenez soin de vous et que vous entreprenez des actions pour retrouver le sourire et dégager une belle énergie.

Mais attention, dans cet exemple précis, je sais que certaines personnes auront tendance à trouver des raisons de rester en couple avec un partenaire toxique.

Par exemple, vous pourriez identifier le fait que l’inconvénient à rester avec votre partenaire toxique, c’est qu’il continuera à vous rabaisser par exemple. 

Mais comme je vous ai conseillé d’analyser les conséquences négatives de chaque choix, vous pourriez relativiser la conséquence en vous disant : « oui, mais finalement, cela n’arrive qu’une fois par semaine et le reste du temps, il ne me rabaisse pas ». 

On se rassure comme on peu.

C’est comme pour une femme battue. Elle pourrait se rassurer en se disant que son mari l’aime et que ce n’est pas de sa faute si parfois, il s’emporte et que le reste du temps, il lui donne de l’amour. Ou bien qu’il pourrait changer et ne plus la battre.

Donc, le but de cette analyse n’est pas de justifier vos choix par manque de courage.

Il est plutôt de prendre conscience que les conséquences négatives à sortir de sa zone de confort sont moins importants que ce que l’on pense.

7) Ne comparez pas vos choix à ceux des autres

Mon septième conseil est de ne pas comparer vos choix aux choix des gens qui vous entourent.

Le but n’est pas d’imiter les autres mais de prendre vos propres décisions.

Je me souviens de cette femme que j’ai accompagné en coaching et qui souhaitait quitter son mari.

Elle regardait autour d’elles la vie des amies de son âge qui avaient déjà pris cette même décision avant elle.

Elle me confiait «  finalement, mes amies ont quitté leur mari mais elles sont actuellement célibataires ». 

Oui, peut-être, mais ses amies sont différentes d’elle. Elles font des choix différents. Elles se comportent différemment.

Et puis aujourd’hui, elles sont peut-être célibataires. Mais demain, elles seront peut-être heureuses.

Bref, on ne peut pas comparer notre situation à celle de nos amis car leurs situations évoluent en permanence.

Par exemple, une femme célibataire sans enfants pourrait envier une amie qui vient de se marier et de tomber enceinte.

Alors qu’un an plus tard, cette amie vient de se faire quitter et son mari l’a quittée pour une autre femme avec qui il la trompait depuis des années.

Et cet exemple existe puisque je l’ai déjà rencontré en coaching.

Donc, selon le moment où vous vous comparez à quelqu’un, vous pourriez en tirer une conclusion positive ou négative.

On voit bien que ça n’a pas de sens de comparer notre vie aux autres, et de comparer nos choix aux leurs.

8) Demandez conseil à vos amis

Mon huitième conseil est de demander conseil à vos amis. 

Car il y a des choses que vous ne voyez pas mais que vos amis voient à travers leurs regards externes à la situation.

Leurs avis pourront donc vous être utiles.

Mais c’est un conseil à prendre avec des pincettes, et ce, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord parce que vos amis sont différents de vous. 

Ils ont des valeurs, des croyances et une vision de la vie qui est différente de la votre. 

Par exemple, si vous demandez à un ami si c’est une bonne idée de quitter votre emploi de salarié pour vivre en indépendant, il pourrait projeter sa peur sur votre situation et vous conseiller de ne pas prendre cette décision.

Ou bien si vous êtes malheureux en couple et que vous avez envie de quitter votre partenaire mais vous avez des enfants. 

Vous pourriez avoir un ami qui pense que l’on ne devrait jamais quitter sa famille et ses enfants, qui vous déconseillerait de le faire et qui pourrait peut-être même vous faire peser un sentiment de culpabilité à prendre cette décision.

Un ami de bon conseil, c’est un ami qui ne vous impose pas ses valeurs et ses choix personnels.

C’est un ami qui vous connait bien, qui vous comprend, qui connait bien votre situation, qui vous veut du bien et qui ne vous jugera pas.

Mais le mieux, c’est bien sûr de demander conseil auprès de plusieurs amis pour avoir une diversité de conseils. 

S’ils sont plusieurs et ont un avis unanime, vous devriez peut-être les écouter…

Bien entendu, vous pouvez également demander conseil à un coach qui pourra vous donner un avis externe à votre situation et qui, si c’est un bon coach, ne projettera pas ses valeurs ou sa propre histoire sur la votre.

D’ailleurs, le coach ne vous imposera pas son choix mais vous amènera, à travers des questions, à faire votre propre choix en conscience.

9) Ne vous mentez pas

Mon neuvième conseil, c’est de ne pas vous mentir.

Nous sommes naturellement attirés par le choix le plus facile, le plus confortable au détriment du choix qui serait le meilleur pour nous.

Nous préférons adopter la politique de l’autruche pour éviter de faire des vagues.

Et pour justifier notre choix, on se ment.

On se dit que la situation évoluera peut-être toute seule de manière positive.

On se dit que notre partenaire finira par changer.

On se dit que notre boss qui nous traite avec dédain finira par changer.

Ou bien que finalement, on n’est pas si mal lotis.

Il y a plus malheureux ailleurs et on devrait arrêter de se plaindre.

Attention, je ne suis pas en train de vous conseiller de tout chambouler dans votre vie dès que vous avez une insatisfaction.

En revanche, ce que je vous demande aujourd’hui, c’est d’arrêter de vous mentir, tout simplement.

Ne vous mentez pas et prenez une décision, même si elle n’est pas facile à prendre, et surtout si vous savez que c’est la bonne décision pour vous. 

Vous pourriez me dire : « oui mais c’est difficile » .

Et oui, c’est difficile. Qui a dit que ce serait facile ?

Mais vous pouvez choisir de passer à côté de votre vie, tel un fantôme qui vit dans l’ombre de son existence.

Vous pouvez laisser les autres décider à votre place.

Vous pouvez passer votre temps à chercher votre place sans la trouver.

Ou bien vous pouvez prendre votre vie en main, prendre une décision forte dont vous pourrez être fier(e).

Donc : prenez une décision mais ne vous mentez pas.

10) Prenez le temps de réfléchir

Mon dixième conseil, c’est de prendre du temps avant de prendre votre décision finale.

Quitter un conjoint, quitter son travail, se reconvertir, déménager dans une région loin de nos amis, cela demande de la réflexion. 

Cela demande à prendre du recul.

L’objectif n’est pas de gagner du temps mais de prendre une décision en conscience. 

Si vous avez appliqué tous les conseils précédents, vous devriez déjà connaître la bonne décision pour vous.

Mais peut-être que vous souhaitez vous donner un peu plus de temps pour approfondir votre réflexion.

D’ailleurs, c’est ce que je vous conseille. 

Lorsque vous aurez fait cette analyse d’avantages et inconvénients des choix qui s’offrent à vous, je vous recommande de mettre de côté le fruit de vos réflexions et d’attendre deux à quatre semaines.

Vous verrez que votre inconscient va travailler pour vous. 

De nouvelles idées ou options pourront surgir en vous à n’importe quel moment.

Par exemple le matin au réveil.

Ou bien en journée pendant que vous êtes en train de prendre votre douche.

Il y a autre chose qui se passera également : c’est probablement le fait que le bon choix émergera tout seul dans ces semaines qui suivront. 

Si vous avez suivi tous les conseils précédents, si vous avez fait l’analyse, si vous ne vous êtes pas menti, votre choix deviendra évident au fur et à mesure que les jours passeront.

C’est un peu comme si votre choix avait muri jusqu’à devenir évident.

Vous saurez alors que c’est le bon moment pour agir.

11) Ecrivez les raisons de votre décision finale

Analyser ses choix pour prendre une décision

Mon onzième conseil est d’écrire les raisons de votre décision et de garder précieusement ce document.

Pourquoi ? 

Tout simplement pour relire les raisons de votre décision plus tard lorsque vous vous demanderez pourquoi vous avez pris cette décision.

Car vous douterez probablement de votre décision dans les mois qui suivront celle-ci.

Plus votre décision sera importante, plus vous serez amené(e) à douter.

Le fait de pouvoir relire votre analyse et les raisons de votre décision vous conforteront dans votre choix.

Vous éviterez mieux les regrets et la culpabilité.

Par exemple, si votre décision était de quitter une relation toxique et que votre ex revient vers vous, vous aurez peut-être envie d’accepter son retour en oubliant tout ce qu’il vous a dit ou fait subir.

Le fait de relire les raisons de votre départ vous permettra de tenir le coup et de ne pas occulter certaines choses importantes en lien avec votre décision.

Si votre décision était de quitter votre travail dans une entreprise pour aller dans une autre ou pour vous reconvertir, relire les raisons de votre départ vous permettront de vous rappeler les raisons qui justifiaient votre départ.

Je pense que nous devrions tous garder une trace écrite de nos décisions de vie importantes.

C’est à dire : pourquoi j’ai pris cette décision à ce moment précis de ma vie ? 

C’est pour répondre à cette question que vous devez écrire vos choix et leurs raisons.

12) Assumez votre choix 

Mon dernier conseil, c’est celui d’assumer votre choix.

Assumer son choix, c’est faire un choix en conscience parce qu’on pense que c’est le bon choix au moment où on le fait.

C’est également un choix dont on assume toutes les conséquences, et surtout les conséquences négatives que l’on a identifiées.

Cela nécessite, bien entendu, d’avoir appliqué tous mes conseils précédents.

C’est donc un choix que l’on décide de ne pas regretter, quoi qu’il advienne.

C’est un choix dont on ne se sentira pas coupable car il est assumé et murement réfléchi.

Rappelez-vous que votre décision était la meilleure à vos yeux au moment où vous l’avez prise.

Il y aura peut-être des conséquences que vous n’aviez pas prévues et si c’est le cas, vous ne devez pas vous en tenir rigueur.

Vous avez fait ce qui vous semblait le plus approprié.

Pas de culpabilité, pas de regret, pas d’amertume.

Gardez également à l’esprit que nous ne pouvons pas savoir ce qu’aurait donné un autre choix que celui que l’on a pris.

Bien entendu, il est toujours possible dans votre futur, de revenir sur votre choix.

Mais il y a une différence entre « revenir sur son choix » et « regretter son choix ». 

Regretter son choix, c’est penser que l’on a fait une erreur.

Revenir sur son choix, c’est par exemple décider de revenir avec un ex après l’avoir quitté car vous pensez que cela peut fonctionner avec lui ou parce que vous souhaitez donner une nouvelle chance à votre histoire.

Revenir sur son choix, c’est également le fait de revenir dans le domaine du salariat après plusieurs années d’activité en freelance parce que vous pensez que finalement, la salariat vous convient mieux.

Ce ne sont pas des regrets. 

Ce sont des choix qui vous semblent les meilleurs au moment où vous les prenez.

Mais vous pouvez tout à fait, avec du recul et du temps, faire un autre choix et revenir sur votre situation d’origine.

En d’autres mots, vous avez le droit de changer d’avis.

Vous avez le droit de revenir sur un de vos choix passés.

Tant que vous faites vos choix en conscience, que vous les avez murement réfléchi et que vous ne vous mentez pas.

C’est la fin de cet article. J’espère qu’il vous aidera à faire de meilleurs choix de vie.

Et si vous avez pris une décision importante pour vous, comme celle de démarrer une nouvelle vie, que ce soit dans le domaine amoureux, personnel ou professionnel, et si vous avez besoin d’un accompagnement, je vous invite à aller consulter mes programmes d’accompagnement que vous trouverez dans le menu du site.

A propos de l'auteur

Sandrino MANCINELLI

Sandrino Mancinelli est coach certifié, spécialiste des relations amoureuses. Il est l'auteur du livre Rupture amoureuse - le début d'une nouvelle vie ainsi que de la petite boite pour attirer l'amour à soi.

  • Gabriela dit :

    Bonjour Sandrino,
    merci beaucoup pour votre article, je le trouve vraiment très inspirant.

  • {"email":"Adresse email invalide","url":"adresse du site web invalide","required":"Un champ obligatoire n'a pas été rempli"}
    >
    Send this to a friend